#Ain #AuvergneRhoneAlpes #Emploi #Entreprises #Industrie #Oyonnax #Plasturgie #RhoneAlpes #VieDesEntreprises #Ain #AuvergneRhoneAlpes #RhoneAlpes
redaction
13 mars 2018 Dernière mise à jour le Mardi 13 Mars 2018 à 08:03

La Plastics Vallée, au cœur de la communauté de commune du Haut-Bugey, avance sur son projet de Cité de la plastronique. L'objectif ? Regrouper en un lieu unique tous les principaux acteurs du secteur.

?id=XZo3kVhLGoOVdb5U38jugRgk2abZxEMm

Oyonnax veut profiter du boom dans le secteur de la plastronique pour en devenir un haut lieu. La plastro quoi ? Cette discipline est en réalité un savant mélange de plasturgie et d’électronique dont l’objectif est d’apporter de l’intelligence aux pièces plastiques. 

Dans l’application, le processus se débarrasse des cartes électroniques et intègre leurs fonctions directement dans les pièces plastiques. Santé, transport, défense, cosmétique, télécommunications ou encore automobiles sont des marchés de la plastronique. 

Mais la technologie peine encore à convaincre tout le monde, un problème lié aux « mentalités » concède Ivan Audouard, directeur de la société Francia spécialiste de l’injection de pièces techniques à haute valeur ajoutée. Les cinq millions de chiffre d’affaires de sa société  “sont à moitié réalisé dans l’automobile”.

Mais l’application à d’autres domaines évolue, et la communauté de commune du Haut-Bugey ne veut pas laisser passer le train de la plastronique. Les 600 entreprises de plasturgie de la communauté de commune pèsent prés de 2 milliards d’euros de chiffres d’affaires. 

La future Cité à Oyonnax comportera notamment un centre de recherche/formation dédié, une « maison des hautes technologies », un incubateur, une pépinière d’entreprises pour les start-ups.

Les
11.000 mètres carrés du site verront le jour en 2020, avec un coût estimé à 12,6 millions d’euros. Le financement est supporté par un partenariat public/privé, et une société d’économie mixte portera non seulement l’investissement, mais gérera le fonctionnement de la Cité. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *