#Annemasse #AuvergneRhoneAlpes #Collectivites #Economie #HauteSavoie #International #Suisse #Videos #Annemasse #AuvergneRhoneAlpes #HauteSavoie
superadmin
20 décembre 2021 Dernière mise à jour le Lundi 20 Décembre 2021 à 12:11

Ecomnews a pu rencontré Gabriel Doublet, le président d'Annemasse Agglomération qui ne veut pas devenir une cité dortoir et qui cherche à ce que cette proximité avec la Suisse soit une richesse économique pour le territoire. Interview.

Annemasse est un territoire profondément marqué par le phénomène transfrontalier. La frontière suisse est juste à côté. Plus de 100 000 travailleurs quittent la France tous les matins pour aller travailler à Genève. « C’est une locomotive économique. Elle crée beaucoup de richesse, mais elle crée aussi des déséquilibres. » explique Gabriel Doublet, le président d’Annemasse Agglo.

«  L’ambition de notre territoire n’est pas d’être une cité dortoir, une banlieue où il se passe rien. Nous avons notre pierre à apporter dans le développement économique de cette région et des synergies sont à trouver avec Genève pour rééquilibrer la situation, et faire en sorte que l’emploi ne soit pas que du côté suisse, mais qu’il soit aussi un emploi de qualité. »

?id=NtT3uDVfJwUYaCkB1or4vYUzuvJ72KSq

Sur le territoire d’Annemasse, le foncier est rare et cher, à la fois pour les entreprises et les particuliers.

Nous avons une politique foncière d’acquisition des dents creuses ou des tènements en mutation dans les zones d’activités économiques, où l’on souhaite intervenir. Nous souhaitons maîtriser le foncier, pour permettre que l’activité de production y soit encore possible et que cela ne se transforme pas en centre commercial géant de périphérie, comme on voit malheureusement le phénomène se développer un peu partout… »?id=Ey472MH5uTjy1paLIyVEQPaPfhumjPUj

Le foncier est cher aussi pour les employés et les personnes qui souhaitent se loger dans la région. « Jusqu’à maintenant, on ne répondait pas très bien à la demande ou aux attentes de la classe moyenne qui est salariée en euros sur ce territoire.”

“Elle était considérée comme trop pauvre pour accéder aux logements libres et en même temps trop riche pour accéder au logement social. C’est pour cela que nous avons pris une mesure très forte dans le cadre de notre schéma de cohérence territoriale en instaurant la règle des trois tiers. C’est à dire que dans toute opération immobilière sur le territoire, désormais, il y aura un tiers de logements pour le logement locatif social, un tiers pour le logement à loyer modéré et un tiers de logements en accession » conclut Gabriel Doublet. 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *