#Actualite #BuzzNews #Economie #Entreprises #Occitanie #VieDesEntreprises #Occitanie
superadmin
2 décembre 2017 Dernière mise à jour le Samedi 2 Décembre 2017 à 08:12

57 agriculteurs de l'Ariège, de l'Aude et de la Haute-Garonne se sont réunis pour construire leur unité de méthanisation et ainsi transformer leurs déchets en biogaz. Pour financer le raccordement de la centrale au réseau, ils font appel à un finance

Biogaz

© Enerfip

Depuis bientôt dix ans, 57 agriculteurs de l’Ariège, de l’Aude et de la Haute-Garonne murissent un projet commun : recycler leurs volumineux déchets végétaux et leur lisier en biogaz grâce à une unité de méthanisation.

Après plusieurs années d’études, et de démarches administratives, ce projet ambitieux est en cours de concrétisation.

Le chantier devrait être lancé au premier trimestre 2018, sur la commune de Montaut (Ariège), à une soixantaine de kilomètres de Toulouse, pour une mise en service prévue avant la fin de l’année 2018.

Mieux valoriser les déchets

Au-delà d’une profonde volonté de contribuer à la transition énergétique, cette initiative est une réponse aux nouveaux enjeux du secteur agricole français de demain qui imposent aux agriculteurs de reconsidérer et de diversifier leurs méthodes de production afin de pérenniser leur activité.

Cette installation permettra de traiter les déchets des exploitations agricoles actionnaires du projet pour les valoriser en gaz et en engrais naturel. Il s’agit de traiter des résidus des exploitations actuelles, aujourd’hui tout simplement détruits sans valorisation.

Une grande collecte citoyenne

La société Arseme, porteuse du projet a fait appel à la plateforme de financement participatif dédiée aux projets d’énergies renouvelables Enerfip dans l’objectif de lever 800 000 euros pour financer le raccordement de la centrale au réseau.

La collecte est ouverte à tous les citoyens. Cette initiative permet aux habitants des environs de devenir des acteurs de la transition énergétique.

Quel impact écologique ?

L’unité de méthanisation produira en moyenne 16 470 000 kWh par an (2 960 000 Nm3 de biogaz), soit la consommation énergétique de 1 417 foyers.

La matière première sera composée de 12 500 tonnes d’ensilage de maïs, 1 800 tonnes de résidus d’égrenage de maïs, 1 800 tonnes d’ensilage de colza et 5 750 tonnes de lisiers de bovins soit un total de 21 850 tonnes annuelles d’intrants bruts.

La construction de la centrale débutera au premier trimestre 2018 pour un investissement évalué à 8,1 millions d’euros

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.