#Actualite #Agenda #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #NouvelleAquitaine #VieDesEntreprises #NouvelleAquitaine
Yannick Laborde
25 avril 2017 Dernière mise à jour le Mardi 25 Avril 2017 à 06:04

La direction de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes a présenté ses résultats de 2016 et ses perspectives et stratégies pour 2017.

Jean François Paillissé - CE Aquitaine 
© Yannick Laborde

La Nouvelle Aquitaine serait-elle un paradis pour les affaires des établissements bancaires ?

Après les très bons résultats du Crédit Agricole d’aquitaine, c’est au tour de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes de présenter des résultats solides. « Une année record » selon le président du directoire de la banque.

« Dans un contexte de croissance molle, de taux historiquement bas, voire négatifs, et de réglementation bancaire prégnante, l’année 2016 s’est traduite par le maintien stratégique de notre soutien à l’économie régionale » a déclaré Jean-François Paillissé, président du directoire de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes (CEAPC). Il souhaite «  garder ce cap l’an prochain, dernière année de notre plan stratégique triennal ».

Jean-François Paillissé a rappelé le triptyque qui constitue l’ossature de la stratégie de la CEAPC : conquête, anticipation des attentes des clients et valorisation du modèle coopératif.

En 2016, cette politique s’est traduite par 3,7 milliards d’€ de crédits injectés sur le territoire (+6,9% par rapport à 2015), dont 2,4 milliards d’€ de crédits immobiliers aux particuliers et 1,1 milliard d’€ accordé par la Banque de développement régional (BDR) aux entreprises, aux collectivités locales, aux promoteurs immobiliers, aux acteurs du logement social et à ceux de l’économie sociale et solidaire. La CEAPC affiche un PNB de 526,3 M€, en diminution de 2,3% et un résultat net “quasi stable”, à 99 M€.

Un modèle de développement propre

La CEAPC privilégie l’équilibre entre l’autonomie de ses clients (« self care ») et le conseil personnalisé. En investissant 50 millions d’euros dans le digital, la banque a vendu « 1 crédit sur 2 en ligne » !

Des inquiétudes

Outre les taux bas, c’est la venue d’autres acteurs (Orange, Carrefour) et l’application de la loi Macron (possibilité de changer de banque plus facilement) qui pourraient ébranler quelque peu la stratégie du groupe. « Nous sommes inquiets mais confiants ; c’est un enjeu pour nous mais cela renvoie à un soucis d’efficacité » conclut Jean François Paillissé.

 

Caisse Epargne Aquitaine
© Yannick Laborde

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *