#Actualite #AidesAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #ProvenceAlpesCoteDAzur #ProvenceAlpesCoteDAzur
Christopher Albano
26 mai 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 26 Mai 2016 à 05:05

La communauté des pôles d’activités des Bouches-du-Rhône donnait la semaine dernière une conférence sur les enjeux économiques de la Grande Métropole Aix Marseille Provence. Elle place les Pôles d’activité au cœur de l’économique du territoire. Inter

 

Ecomnews : Avant toutes choses expliquez-nous le concept de Convergence 13 ?

Guy Partage : Convergence 13 se veut être la fédération des parcs d’activités du département. C’est une association associée à l’UPE13 et notre vocation est de fédérer les parc d’activités car nous avons constaté que nous avions à peu près tous les mêmes problématiques, mais que chacun avait imaginé des solutions différentes.

Or, nous pouvons ensemble travailler et tenter de trouver des solutions communes à toutes nos problématiques. 

Ecomnews : Si l’on comprend bien, malgré les emplacements différents, les solutions peuvent être les mêmes ?

Guy Partage : .Les problématiques sont les mêmes et les solutions sont proches.

Ecomnews : Combien y a t-il de parcs d’activités aujourd’hui dans les Bouches-du-Rhône ?

Guy Partage : Il y a 25 parc d’activités organisés. Mais la CCI en annonce 230. Si vous voulez dans une zone réduite comme Aubagne il peut y avoir trois parcs d’activités comme Napolon, les Paluds ou le Pôle Alpha.

La CCI considère également comme zone d’activités les galeries marchandes. Nous ne parlons que des parcs d’activités organisés en association, voilà pourquoi nous en comptons 25.

Ecomnews : Aujourd’hui avec la Métropole qui vient de se mettre en place, la donne a t-elle changé ?

Guy Partage : Il n’y avait déjà pas de frontière puisque l’économie circulaire fonctionnait déjà. Mais aujourd’hui les pôles d’activités très structurés et importants seront toujours considérés par la Métropole, ceux qui sont naissant ou sans un grand nombre de collaborateurs risquent de ne plus être visibles.

Notre idée est de dire qu’en se fédérant nous allons promouvoir également les territoires qui n’ont pas les moyens de s’afficher. Nous allouerons un budget à ces parcs d’activités de manière à ce qu’ils puissent organiser des réunions thématiques sous l’égide de Convergence 13.

Enfin les institutions politiques préfèrent avoir un seul interlocuteur.  Nous portons ainsi la parole de nos adhérents.

Ecomnews : C’est une manière pour vous de mutualiser les moyens ?

Guy Partage : Exactement. Aujourd’hui chacun fait dans son coin ce qu’il peut. Les parcs importants vont continuer, pour les autres nous allons mettre les moyens en place pour qu’ils puissent se développer. Nous voudrions que les parcs d’activités se regroupent en bassin de vie ou bassin d’emplois.

Ecomnews : Vous parlez de mutations numériques… Mais on imagine que c’est plus simple pour les grands pôles d’activités de réaliser une telle transformation…

Guy Partage : Hier, le parc d’activité connaissait son maire, le maire connaissait le conseiller de la communauté de commune. Aujourd’hui avec l’arrivée de la Métropole, un parc d’activité de petite dimension connaît toujours son maire mais ce sont la Métropole et la Région qui sont en charge de l’économie.

Donc ce n’est pas évident que le parc d’activités puisse s’adresser aussi facilement à ces entités. Nous avons des entrées privilégiées à la Région et à la Métropole. 

Ecomnews : Les retours sont positifs ? Ou certains préfèrent rester indépendants 

Guy Partage : Tout existe. Il y a ceux qui ne sont pas convaincus que la démarche que nous engageons aboutisse à quelque chose, donc ils attendent de voir.

Il y a ceux qui sont persuadés que tout seul, ils sont efficaces. Enfin il y a ceux qui militent pour nous. Sur les 15 parc d’activités associés, nous avons quelques 100 000 salariés.

Notre idée aujourd’hui et de dire qu’une mission a été lancée il y a 4 ans et qu’un document a été réalisé en 7 volets. Dont un sur les pôles d’activités.

Nous voulons ainsi impliquer nos utilisateurs pour voir avec eux quelle proposition pourrait être cohérente et correspondre à nos besoins. À moindre frais, par exemple, il faudrait créér une continuité dans les transports entre les différentes zones. Du co-voiturage, des transports en commun routiers…

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *