#Apprentissage #DeuxSevres #Formation #FormationProfessionnelle #NouvelleAquitaine #NouvelleAquitaine
Robert FAGES
18 août 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 18 Août 2021 à 07:08

D’ici à 2028, il va proposer 10 à 15 contrats d’apprentissage chaque année. Pour la présidente du Conseil départemental, l’apprentissage est un tremplin vers l’emploi.

?id=MoIf8CNYg8mRtuj9AgSGDIeQF6QZg3jy

Conscient que l’apprentissage permet aux jeunes d’acquérir des compétences, une qualification et une première expérience professionnelle en étant confronté aux réalités de l’entreprise et qu’il aide également à l’obtention d’un emploi, le Département des Deux-Sèvres a décidé de soutenir cette formation professionnelle en alternance et d’accroître ses efforts dans ce sens.

En 2021, son engagement envers la formation professionnelle se renforce. « En plus du soutien en faveur d’opérations de promotion des métiers artisanaux et d’une subvention d’1 million d’euros pour la réhabilitation de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Niort, la collectivité ouvre ses services aux apprentis » souligne Coralie Denoues, présidente du Conseil départemental des Deux-Sèvres.

En écho à son discours d’investiture dans lequel l’ambition de faire grandir la jeunesse deux-sévrienne a été clairement énoncée, Coralie Denoues, réaffirme sa volonté de soutenir l’apprentissage.

« L’apprentissage est pour les jeunes un véritable tremplin vers l’emploi qu’il soit artisanal, technique, administratif, social… Il est également une opportunité pour notre collectivité où les métiers sont multiples et riches, leur transmission est précieuse ».

Olivier Poiraud, vice-président du Conseil départemental en charge de l’insertion professionnelle et sociale ajoute : « Sans limite d’âge pour les personnes en situation de handicap, ces contrats d’apprentissage renforcent la politique d’insertion professionnelle du Département. Ils permettent d’accompagner vers l’emploi des personnes sans diplômes, en reconversion ou à la recherche d’un emploi. Ces contrats concernent tous les métiers et tous les profils, de l’agent d’exploitation à l’assistant social en passant par le chef de cuisine, l’ingénieur en agriculture ou encore le gestionnaire carrière-paie ».

Sur la période 2021-2028, 10 à 15 contrats d’apprentissage seront ainsi proposés chaque année par la collectivité.

Rappelons que porté par la réforme de 2018 et le plan « 1 jeune, 1 solution » lancé en juillet dernier pour aider les jeunes dans la crise, l’apprentissage au niveau national a connu une hausse de 40% en 2020 dans le secteur privé.

En ajoutant les contrats signés dans la fonction publique, la France a passé, pour la première fois, la barre des 500 000 apprentis. Une année historique malgré la crise.

Avec 495 000 contrats signés en entreprise en 2020 contre 353 000 en 2019, qui était déjà une très bonne année, l’apprentissage affiche une progression homogène sur l’ensemble des territoires.

Bien que cette hausse traduise pour partie un rééquilibrage entre apprentissage et contrat de professionnalisation, on peut estimer qu’il y a eu création nette en 2020 de 60 000 places supplémentaires en alternance, sous la forme de contrats d’apprentissage.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.