#Actualite #AnalyseEconomique #AuvergneRhoneAlpes #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #Politique #AuvergneRhoneAlpes
Deborah Berthier
18 novembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 18 Novembre 2016 à 08:11

La Région vient de présenter les grandes orientations de sa politique pour l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation. Au programme : un maillage des territoires accru et une forte volonté de se développer à l'international.

« Nous ne ferons pas d’économie sur le budget de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, en Auvergne-Rhône-Alpes », a tenu à souligner d’emblée le président de Région, Laurent Wauquiez, lors de la présentation des grandes orientations du schéma régional. Chaque année, ce sont 250 millions d’euros qui sont consacrés à ce secteur. 

Enseignement supérieur et recherche : rapprochement avec la Suisse et l’Italie en perspective

Laurent Wauquiez a en effet de grandes ambitions pour la région. «  Nous voulons faire du territoire la Silicon Valley européenne », a-t-il affirmé.

Pour cela, la Région entend notamment se rapprocher un peu plus de ses voisins frontaliers : la Suisse et le nord de l’Italie. Mais aussi « accroître notre puissance de frappe sur l’ensemble du territoire ».

Avant cela, une harmonisation régionale et une simplification sont nécessaires (suite à la fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes), ainsi qu’un décloisonnement, afin de fédérer les différents acteurs et renforcer le maillage régional.

« Je veux que l’on favorise le travail en équipe, sans pour autant forcer artificiellement des partenariats régionaux », a précisé le président de Région.

 

La Région veut devenir acteur majeur à l’international

L’internationalisation est également un point d’orgue de ce schéma régional. Le but étant de favoriser la mobilité international des étudiants et les coopérations universitaires.

Peut-être faudrait-il proposer « moins de destinations, pour éviter un saupoudrage, et créer des vraies synergies avec certaines régions », a expliqué Yannick Neuder, Vice-président de la Région, en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, évoquant la Chine, et en particulier Shanghai, mais aussi le Maroc, le Québec et « certaines parties des États-Unis ».

Parmi les nombreuses propositions de ce schéma, qui devrait être voté en Conseil d’ici le début du mois de février 2017, on peut notamment citer le développement de la formation continue et de l’apprentissage, le soutien à la création de lieux adéquats à de nouvelles formes d’innovation pédagogiques (serious game, fablab…), le soutien à l’accès aux entreprises pour les chercheurs ou encore l’émergence d’écosystèmes territorialisés.

 L’Université de Lyon. © Joao Ernani 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *