#Actualite #AidesAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #Entreprises #InfosNationales #InfosNationales
Karim Maoudj
29 août 2015 Dernière mise à jour le Samedi 29 Août 2015 à 08:08

Le total des capitaux réunis au premier semestre par les start-up du Vieux Continent a atteint des plafonds records avec une croissance de 86% en l’espace d’un an

 

Les « licornes » européennes font références à l’appellation pour désigner ces start-up innovantes non cotées en Bourse, et qui connaissent une croissance exponentielle valorisées à plus d’1 milliard de dollars. Elles font de plus en plus parler d’elles et attirent de plus en plus d’investisseurs et d’entreprises de capital-risque.

Parmi ces fameuses « licornes », on retrouve Spotify, le géant suédois du streaming musical ; Sigfox, l’opérateur français pour objets connectés ou encore Delivery Hero, la start-up allemande spécialisée dans la livraison de repas à domicile.

Depuis le début de cette année, déjà bien entamée, ces « licornes » ont amassé un total de 6,9 milliards de dollars de levés de fonds (d’après les résultats d’une étude réalisée par Cliperton Finance et Digimind). Cette performance représente une progression de 86% pour les six premiers mois de l’année 2015, comparée à la progression de 37% réalisée l’année dernière sur la même période.

Visiblement, rien ne semble arrêter la croissance fulgurante de ces prestigieuses start-up bouleversant le modèle économique classique qui a longtemps régner sur la sphère économique mondiales.

Au niveau européen, le Royaume-Uni se trouve en tête du palmarès avec 154 levés de fonds pour un total de 1,8 milliards de dollars réunis par ces dernières au premier semestre 2015.

La France, quant à elle regroupe 159 levés de fonds pour un total de 1 milliards de dollars

Malgré tous ces flux financiers, les « licornes » européennes sont encore bien loin de faire de l’ombre aux « licornes » américaines, qui amassent plus du double des placements d’investissement.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *