#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Entreprises #ProvenceAlpesCoteDAzur #VieDesEntreprises #ProvenceAlpesCoteDAzur
Nathalie Bureau du Colombier
28 septembre 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 28 Septembre 2017 à 15:09

L’Igloo, VisioPM et Eura Nova ont choisi en 2017 Marseille pour établir leur siège social. Les trois start-up qui évoluent dans des secteurs d’activité très différents ont pourtant les mêmes problématiques en termes de ressources humaines, de finance

Thierry Sitbon - VisioPM - Thomas-Peel - Euranova - Antoine-Michelet - Igloo

Née à Toulouse, VisioPM a choisi de grandir à Marseille. La start-up a développé au cours de ces trois dernières années une technologie permettant un affichage dynamique des objets en 3D sans lunettes.

«  Nos premières démarches ont emporté un vif succès auprès d’acteurs du secteur du luxe comme LVMH ou dans l’industrie auprès d’Airbus », raconte Thierry Sitbon. Le gérant de cette pépite toulousaine qui collectionne les trophées d’innovation n’arrive pourtant pas à trouver des financements dans la ville Rose où tout gravite autour de l’aéronautique. « Impossible de lever des fonds à Toulouse si vous ne travaillez pas dans le secteur de l’aéronautique », constate Thierry Sitbon.

En 2016, il rencontre des Business Angels Provençaux et découvre les programmes d’accompagnement du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur par l’entremise de Provence Promotion. C’est le déclic. Installée à l’Hôtel Technoptic de Château-Gombert, la PME prévoit d’augmenter ses effectifs pour faire face à la demande du marché.

Entre motifs personnels et incitations fiscales

Si VisioPM n’avait aucune attache marseillaise en revanche, Antoine Michelet et Thomas Peel ont mis cap sur la Provence pour des motifs personnels. Fait peu commun, les deux hommes ont choisi de suivre leurs épouses promues à des postes à responsabilités chez Actes Sud et à l’Ifremer, respectivement.

« J’avais deux solutions soit quitter Eura Nova à Bruxelles soit fonder une antenne à Marseille », raconte Thomas Peel. Il choisit la deuxième option et fonde en janvier 2017 Eura Nova Marseille, une société de R&D spécialiste du machine Learning et du big data.

Pour convaincre la maison mère belge, il expose les avantages du crédit impôt recherche (CIR) et les synergies résultant des collaborations avec l’écosystème local : le Laboratoire d’Informatique Fondamentale de Marseille, les data centers et le bio accélérateur On[e]ife en cours de gestation. En quelques mois l’entreprise s’est insérée dans le tissu local au point de décrocher de devenir un centre de profit.

« Nos activités de consulting auprès des entreprises qui stockent de la donnée contribuent à financer notre R&D. Nous découvrons tout le potentiel de Marseille devenu un hub pour les data centers. Nous avons également signé un partenariat avec le bio accélérateur On[e]ife dans lequel nous nous sommes engagés à trouver des domaines d’intervention communs », explique Thomas Peel qui recrute des data scientists marseillais.

La jeune entreprise devrait sous peu quitter ses locaux de Marseille Innovation pour rejoindre On[e]ife qui hébergera, dès l’achèvement des locaux, à la fois des start-up de l’IA et des biotechs (Abreos Biosciences, XRapid, Genpred, Secuderm…).

Jeune dirigeant cherche société mature 

Antoine Michelet rêvait pour sa part de reprendre une entreprise. Il intègre alors le programme « Go Between » de Provence Promotion qui lui ouvre son carnet d’entreprises cédantes et l’accompagne dans sa quête. Au terme de trois années passées à prospecter une cinquantaine d’entreprises, son choix se porte sur une L’Igloo, une Pme de Saint-Victoret spécialisée dans la distribution automatique de boissons et de denrées alimentaires.

« Reprendre une entreprise nécessite de faire preuve d’ouverture. C’est aussi un moyen de gagner du temps en développement. Je voulais une société structurée et je ciblais une dizaine de secteurs. S’il existe beaucoup d’entreprises à vendre, dans la réalité, beaucoup sont des Eurl », raconte Antoine Michelet. Gérant de l’Igloo depuis mars 2017, il supervise un parc de 3 000 machines placées dans les entreprises et administrations et emploie une cinquantaine de salariés.

Pour le directeur général de Provence Promotion, Philippe Stéfanini, ces trois témoignages illustrent l’attractivité du territoire d’Aix Marseille à la fois en phase de démarrage et de développement. « Nous intervenons au moment où les entreprises expriment des besoins en ressources humaines, en financement. Sur les 60 entreprises accompagnées en 2016, 12 d’entre elles étaient des start-up, 8 concernaient des projets de reprises et 40 sociétés ont ouvert un établissement ou une filiale », conclut Philippe Stéfanini.

 

 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *