#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Occitanie #Politique #Occitanie
Marie Agnès Espa
17 janvier 2016 Dernière mise à jour le Dimanche 17 Janvier 2016 à 22:38

Toulouse, 4ème ville de France, une des métropole les plus dynamique de l'hexagone, capitale de la nouvelle grande région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées. Aux commandes : Jean-Luc Moudenc, Maire de la Ville, Président de la Métropole, il est aus

Ecomnews: Comment estimez vous la situation économique de Toulouse ?

 

Jean-Luc Moudenc : Toulouse est une des plus grandes villes de France qui créé le plus d’emploi. Elle attire beaucoup de monde et accueille 8 000 habitants supplémentaires par an.

Paradoxalement, nous avons le record de création d’emploi et en même temps nous avons un chômage qui est dans la moyenne nationale. C’est la contrepartie du succès, mais l’avantage c’est que les choses vont de l’avant.

Le territoire n’échappe pas à la crise mais l’aéronautique tire toujours la croissance et continue de créer des emplois, les secteurs de l’économie numérique et informatique se portent bien, c’est une diversification économique que nous encourageons et ça commence a porter ses fruits.

Ecomnews : L’aéronautique est le fleuron de Toulouse, mais quels sont les autres secteurs que vous encouragez, qui émergent ?

 

Je crois qu’il faut conforter là ou nous sommes dans l’excellence, je pense à l’aéronautique et au spatial. Ce sont des secteurs qui ne dépendent pas d’une situation locale, ce sont des secteurs qui sont fonctions des aléas de la situation économique à l’échelle mondiale.

Et nous souhaitons que l’économie toulousaine se diversifie. Ce n’est pas quelque chose qui se fait du jour au lendemain, il faut parfois un quart de siècle pour accompagner de telles évolutions. Mais il me semble qu’en ce qui concerne l’économie de la Santé, autour de l’Oncopole et le pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé, et ce qui concerne aussi l’économie du tourisme, du tourisme d’affaire mais également culturel, patrimonial nous avançons.

Ce sont des secteurs que nous poussons et développons et qui peuvent dans les années avenir créer de la richesse et de l’emploi.

Ecomenews : Quels types d’actions pour soutenir l’économie locale ?

 

Nous souhaitons que la Métropole soit l’amie des entreprises, Toulouse Métropole possède le plus grand réseau métropolitain de pépinières et hôtels d’entreprise certifié qualité AFNOR de France, avec 9 sites qui accueillent en permanence entre 75 et 90 entreprises.

Faire travailler ensemble les laboratoires, les Universités, les industries, les PME et les PMI, les TPE, cela crée un terreau favorable à l’innovation, qu’elle soit technologique ou sociale.

En juin 2015, 87 sociétés étaient hébergées sur l’ensemble du parc immobilier métropolitain, ce qui représente 450 emplois. Nous nous appuyons sur le schémas directeur de la Smart City et travaillons sur la qualité de l’accueil, l’attractivité et la proximité.

Nous poursuivons une stratégie d’investissement public et jouons la carte des grands équipements structurants qui permettent de créer de l’emploi en renforçant notre attractivité. Nous soutenons le développement des PME en facilitant l’accès aux marchés publics par le Small Business Act en vigueur depuis un an. Nous avons aussi lancé une plate-forme pour l’emploi sur le territoire de la Métropole il y a deux mois.

Ecomnews : Quelles sont vos priorités économiques pour 2016 ?

 

Nous avons fait un choix, et ce n’est pas un choix majoritaire parmi les grandes villes ou métropoles françaises, le choix de maintenir l’investissement.

Et ce, malgré les problèmes financiers que l’on rencontre, en particulier la baisse des dotations de l’État. Au total nous avons prévu entre cette année et 2020 d’injecter quelques 4 milliards d’euros d’investissement au titre de la ville de Toulouse, de la Métropole, de la collectivité des transports, de la politique de l’habitat, bref de tout ce que nous faisons, c‘est un choix qui nous permet de démarrer de grands projets.

Nous allons, d’ici quelques semaines, lancer les appels d’offres pour le Parc des Expositions. Ce nouveau parc va hisser Toulouse au 3ème rang national de l’offre en matière de congrès et des Parcs des Expositions.

L’idée est de commencer les travaux l’an prochain. Au total cela représente un investissement de 400 millions d’euros avec une commande publique qui va intéresser l’emploi local et les PME qui sont ici. Nous avons décidé il y a quelques semaines, le tracé de la 3ème ligne de métro. Là aussi, il y a une dynamique au service de la grande agglomération.

Nous avons aussi beaucoup d‘opérations urbaines de revalorisation des berges de la Garonne, du centre ville ancien. Nous allons beaucoup intervenir sur le patrimoine, nous pensons qu’il n’est pas suffisamment mis en valeur à Toulouse alors que c’est un vecteur d’attractivité, de rayonnement économique et de création d’emploi.

Donc nous investissions, cette année et dans les années avenir, un certain nombre d’opérations qui vont revaloriser l’écusson historique et, j’en suis certain, cela va attirer des touristes. Dans l’immédiat cela va se traduire par des marchés publics pour les entreprises locales, en tout cas je le souhaite.

L’ensemble de cette dynamique est lancée dans la suite d’un schémas de développement économique de Métropole que nous avons adopté il y a 6 mois. Il n’y en avait pas jusque là. Nous avons une feuille de route cohérente que nous n’avons pas bâti seuls, nous l’avons élaborée dans une large concertation avec les milieux économiques et en premier lieu avec la CCI.

Ecomnews : 2016, c’est aussi cette nouvelle grande région, comment la concevez vous ?

 

Nous devenons la capitale qui va compter pratiquement 6 millions d’habitants, donc c’est quelque chose qui doit être ressenti positivement par la ville de Toulouse et sa Métropole. Cela apporte de nouveaux horizons. Le fait d’avoir un lien avec Languedoc-Roussillon, avec les caractéristiques spécifiques économiques de cette région et un lien avec la Méditerranée constitue de nouvelles perspectives.

Je souhaite que nous soyons pragmatiques, la nouvelle région est là, nous devons jouer le jeu. Cette nouvelle région est dotée de deux Métropoles qui sont géographiquement implantées de manière équilibrée par rapport à leurs territoires. Il faut que nous sachions nous entendre avec la métropole de Montpellier et qu’ensemble nous sachions nous entendre avec la nouvelle entité régionale.

Si ces trois collectivités marchent ensemble, elles peuvent créer une sorte d’effet moteur au service des deux métropoles mais aussi au service de toute une région car il n’y a pas que les deux métropoles et leurs habitants, il faut prendre les territoires autour qui parfois sont en difficulté et qui s’interrogent sur leur avenir.

Ecomnews : Un accord cadre va être signé entre Toulouse et Montpellier les 29 et 30 janvier.

 

Nous avons mis en place un schémas de travail Philippe Saurel et moi-même, avec nos équipes d’élus et collaborateurs. Nous avons travaillé tout au long de l’année 2015. Ce qui fait qu’au moment ou la grande région naît, nous sommes déjà prêts.

Nous avons un accord carde qui fixe notre feuille de route en terme de coopération jusqu’à la fin du mandat en cours. Il retient un certain nombre de sujets qui nous paraissent stratégiques pour accentuer la synergie entre nos deux métropoles et créé une coopération qui n’existait pas.

Nous visons la complémentarité constructive plutôt que l’opposition stérile qui exaspère nos concitoyens. Dans le domaine des transports, nous avons un combat a mener ensemble sur le TGV. Il y a aussi beaucoup de choses dans le domaine de la Santé, l’Université, le numérique, la French Tech, le tourisme, la culture, nous sommes deux villes de culture.

Les sujets sont nombreux, les atomes crochus existent entre nos deux villes et cet accord cadre va permettre de les concrétiser et de passer du stade des bonnes intentions à des coopérations concrètes, secteur par secteur, qui vont se développer progressivement et monter en puissance dans les années avenir.

Ecomnews : De l’autre côté Toulouse a toujours travaillé aussi avec Bordeaux, où en sont les relations avec Bordeaux et Alain Juppé ?

 

Si la puissance publique a le pouvoir de changer les frontières administratives, elle n’a pas celui de changer la géographie. Pour Toulouse, elle est très claire, nous sommes au milieu, entre d’un côté Bordeaux et l’Aquitaine et de l’autre Montpellier et Languedoc-Roussillon.

De part notre position, nous n’allons évidement pas tourner le dos à l’Aquitaine et Bordeaux ! Nous travaillons depuis une dizaine d’années avec Aquitaine sur tout ce qui concerne la filière aéronautique et spatial. Nous avons un pôle de compétitivité en commun.

Et de tous les pôles de compétitivité qui existent de France depuis 2005, c’est celui qui a le plus d’importance. Nous allons continuer et je crois que l’on peut aujourd’hui jouer totalement la carte de la nouvelle région qui débouche sur une complicité que nous souhaitons avec Montpellier tout en gardant des liens de travail et de coopération avec Bordeaux et sa Métropole.

Tout cela doit se vivre sereinement, je suis contre la guerre des territoires et d’opposition. Je suis pour multiplier les collaborations. La collaboration, généralement, ce n’est pas un tête à tête exclusif avec quelqu’un.

Ce sont des coopérations a géométrie variable, selon le centre d’intérêt et le sujet que l’on a a traiter. Soyons pragmatiques avant tout et coopérons tout azimut, c’est ma ligne de conduite.

Ecomnews : Quelles sont vos relations avec les pays de la Méditerranée ?

 

Nous avons un certain nombre de coopérations qui n’ont pas été, jusqu’ici, extrêmement formalisées. Nos amis Languedociens ont peut-être une avance là-dessus. Évidement, ils sont la Méditerranée, ils ont déjà les pieds dans l’eau.

Ce n’est pas notre cas, nous avons seulement la Garonne ! J’attends donc de la nouvelle construction régionale et de la nouvelle coopération entre Montpellier et Toulouse que l’on puisse, sur cette question de la Méditerranée, qui est stratégique pour le monde de demain, que l’on puisse réfléchir ensemble, et pourquoi pas mettre des coopérations en commun.

Cela serait quelque chose de très innovant, qui serait de nature à accentuer l’intervention de l’action publique que nous pouvons avoir ici et là avec des pays du pourtour méditerranéen.

En savoir plus

Montpellier-Toulouse, l’accord de coopération :

https://ecomnews.fr/article/4685/montpellier-toulouse-comment-les-2-metropoles-vont-elles-travailler-ensemble–explications

Toulouse : la 3ème ligne de métro :

https://ecomnews.fr/article/4654/toulouse-la-3eme-ligne-de-metro-toulouse-aerospace-express-est-sur-les-rails

Toulouse : La plate-forme digitale pour l’emploi sur la Métropole

https://ecomnews.fr/article/4522/toulouse–une-plate-forme-digitale-pour-lemploi-sur-la-metropole-toulousaine

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *