#EgaliteHommeFemme #Entrepreneuriat #InfosNationales #JourneeDeLaFemme #VieDesEntreprises #InfosNationales
Denys Bédarride
8 mars 2022 Dernière mise à jour le Mardi 8 Mars 2022 à 08:03

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Ecomnews vous propose de découvrir le parcours de de 13 femmes cheffes d'entreprise, engagées pour un monde plus durable et plus responsable. Portraits réalisés avec l’agence Flag.

?id=GL7PkEDpTYSVmkwroFJCZIiJXXXSASby

LAËTITIA VAN DE WALLE, fondatrice de Lamazuna

En 2010, Laëtitia Van de Walle, alors âgée de 25 ans, décide de changer sa façon de consommer pour la rendre meilleure et pour partager ses convictions autour d’elle.

Elle commence par un geste simple : remplacer ses cotons démaquillants quotidiens et sa lotion par des lingettes en microfibre ultra douces et réutilisables des centaines de fois.

Après avoir trouvé le concept, encore fallait-il trouver le nom. C’est Nika, son colocataire géorgien qui l’inspire en trouvant “Lamazuna”, qui signifie “Jolie jeune fille” dans sa langue.

Petit à petit, Laëtitia fait grandir Lamazuna pour proposer toujours plus de produits « écolonomiques »  : la coupe menstruelle Lamazuna, appelée Cup féminine, l’Oriculi, ce drôle d’instrument qui remplace les coton-tiges et réutilisable à vie, mais aussi toute une gamme de cosmétiques solides : shampoing, déodorant, dentifrice… Tous d’origine naturelle et 100% véganes.

 

Enfin en 2018, Laëtitia lance également KABANES, un e-commerce dédié à la mode écoresponsable et éthique qui devient en novembre 2019 Lamazuna mode.

En 10 ans, grâce à Lamazuna, Laëtitia Van de Walle a permis d’éviter 45 millions de déchets !

 

CHRISTÈLE MERTER, fondatrice de La Gentle Factory

Christèle Merter, ingérieure textile en charge de la qualité et du développement durable au sein d’Happychic pendant 10 ans, créé en 2013 La Gentle Factory.

D’abord sous la forme d’un label, La Gentle Factory se développe à travers des collections capsules 100% made in France pour les grandes enseignes du groupe.

En janvier 2019, Christèle Merter  reprend l’entreprise et La Gentle Factory quitte Happychic pour prendre son envol. La start-up s’installe avec son équipe de 10 personnes dans une ancienne filature à Roubaix, là où la marque est née.

Aujourd’hui, La Gentle Factory est distribuée dans 115 points de vente. La marque connait une croissance à deux chiffres, et prévoit tripler son chiffre d’affaire d’ici 2022.

L’objectif de Christèle Merter est simple, faire perdurer les valeurs qui animent la marque depuis son commencement : la transparence, l’innovation, la qualité … et le style !

Sophie Barbe, co-fondatrice de CocoDico

Sophie débute sa carrière au sein d’un opérateur du Ministère des Affaires Étrangères. D’abord gestionnaire RH, elle gravit rapidement les échelons et est nommée chargée de projets puis Responsable Administrative sur le projet de santé « Initiative 5% Fonds Mondial ».

À travers cette mission elle est amenée à encadrer la gestion administrative et financière de subventions à hauteur de 18 millions d’euros par an.

 

C’est avec son mari, Pierre Otzenberger, qu’elle décide de se lancer dans l’entrepreneuriat. Ensemble ils créent CocoDico, la première application consacrée au Made in France

Après la naissance leur premier enfant en 2015, Pierre et Sophie choisissent de changer de vie et quittent Paris pour s’installer à Nevers dans la Nièvre. Ce changement de cadre de vie s’accompagne d’une réelle une envie de mieux consommer et d’acheter des produits locaux.

Ils commencent par l’alimentaire, les cosmétiques et l’hygiène mais ils se trouvent bloqués dans leur démarche lorsqu’ils souhaitent acheter d’autres produits comme des vêtements, de la décoration ou même des jouets.

Ils relèvent alors l’incohérence des modes de consommation actuels. La plupart des produits quotidiennement consommés en France sont importés, alors même qu’ils pourraient être fabriqués sur le territoire. 

C’est pour répondre aux attentes des consommateurs dans la même situation qu’eux, et les éclairer dans leur choix d’achat, qu’ils lancent en 2021 l’application CocoDico. Aujourd’hui, l’application compte plus de 350 acteurs/entreprises inscrites et plus de 10 000 produits référencés.  

Séverine Tréfouel, fondatrice de Simon-Simone

Lassée de la surproduction et de la course au prix au détriment de la qualité, Séverine Tréfouel décide durant le premier confinement de lancer son projet entrepreneurial qui germait dans son esprit depuis plusieurs années. Cette ancienne responsable du pôle mode femme de La Redoute, a décidé de proposer un shopping citoyen qui allie sélection stylistique et achats responsables de qualité.

Je trouvais que les sites écoresponsables négligeaient souvent la qualité et le style. J’ai voulu réunir ces 3 critères. J’ai également souhaité proposer un shopping digital différent avec une sélection courte de produits qui me correspondent en style et qualité” déclare la fondatrice. En seulement 5 mois, elle a déjà déniché plus de 1000 produits issus de près de 100 marques françaises coups de cœur.

 

Séverine Tréfouel s’est donnée la mission de proposer un shopping plaisir et citoyen qui permet de :

 

• Acheter moins mais mieux en privilégiant des produits durables ;

 

• Préserver les emplois et les savoir-faire sur notre territoire pour soutenir l’économie locale ;

 

• Réduire l’impact carbone du transport grâce aux circuits courts mais aussi en limitant le surstock grâce aux petites séries et à la précommande qui ajuste la production à la demande ;

 

  • Mettre en lumière des entrepreneurs et créateurs français engagés sélectionnés minutieusement : en valorisant leur histoire, leurs équipes, leur production, leur savoir-faire, leurs démarches écoresponsables pour plus de transparence et de reconnaissance.

 

FABIENNE DELAHAYE, Fondatrice du Salon Made in France

 

 

Fabienne Delahaye fait partie de cette génération à laquelle on a répété pendant des années qu’il n’y avait pas d’alternative : l’industrie et la production c’est fini, place au Numérique, aux Services et à la Finance! Sur les bancs de la Fac d’économie déjà, elle s’étonne, de cette pseudo fatalité de la désindustrialisation et des délocalisations.

Les années passent, elle se spécialise dans l’organisation et la promotion d’événements professionnels et grand public comme le Salon du Taxi, le Salon du Plein Emploi ou encore le Salon de l’Imobilier d’Entreprise.

 

Elle acquiert de l’expérience mais jamais n’oublie ni ne renonce : « C’est en écoutant une énième émission sur le chômage, la pauvreté croissante des territoires et la désindustrialisation que j’ai décidé qu’il fallait braquer le projecteur sur les entreprises qui faisaient encore l’effort de préserver l’emploi, l’environnement social et naturel, ainsi que les savoir-faire. J’ai alors créé le MIF Expo. »

 

En 2012, la toute première édition du Salon Porte de Champerret rassemble déjà 15 000 visiteurs et 70 exposants, affluence qui ne cessera d’augmenter au fil des années. En 2019, ce sont plus de 80 000 personnes qui sont venus à la rencontre de 570 exposants !

C’est le fruit du travail de toute une équipe que Fabienne Delahaye a su rassembler autour d’elle et qui partagent ses valeurs et ses convictions.

En 2020, face à l’obligation d’annuler l’édition physique du Salon à cause des contraintes sanitaires, elle ne baisse pas les bras et monte une plateforme interactive de produits Made in France pour aider les consommateurs à faire des courses de Noël qui ont du sens et soutenir les entreprises françaises. Le rendez-vous est déjà pris du 11 au 14 novembre 2021, pour la prochaine édition du Salon.

 

 

MARION GOILAV & APOLLINE COMBRISSON, fondatrices d’Élia

 

Marion est atteinte depuis l’adolescence d’endométriose, une maladie longue à diagnostiquer et qui pèse sur son quotidien. Après avoir utilisé plus de 16 000 protections périodiques jetables, elle découvre les culottes menstruelles en 2015 : une révélation. Cependant, celles qui sont sur le marché à cette époque viennent de l’étranger et la composition n’est pas très responsable.

 

Elle s’associe alors à Apolline, très sensible à l’écologie, et ensemble elles créent Élia, marque pionnière du secteur en 2019 pour répondre à un besoin personnel, celui de trouver sur le marché une alternative aux protections hygiéniques classiques :  des culottes de règles du quotidien, jolies et éco-responsables qui respectent la santé des femmes. C’est un succès, elles en vendent sur leur site internet 10 000 en deux semaines!

Toutes deux sont issues du monde de la Tech et souhaitent libérer la parole autour de l’intimité des personnes menstruées. La marque, lancée en 2019, propose un large choix de sous-vêtements, mais aussi une plateforme en ligne qui brise les tabous autour des règles et de la féminité.

 

Grace aux différents outils qu’elles ont mis en place sur le site internet d’Elia, il est possible de calculer les économies faites en choisissant la culotte menstruelle plutôt que les protections jetables, de mieux comprendre et anticiper ses règles pour choisir la lingerie adaptée, ou encore de calculer son score Higham, qui permet de mesurer le volume de son flux. 

 

Aujourd’hui, Marion et Apolline rassemblent une communauté de 100 000 personnes sur leur site internet, et proposent un contenu alimenté par l’expertise de professionnels de la santé, afin de libérer la parole autour de l’intimité des femmes.

 

Elles s’engagent également dans la lutte contre l’endométriose, au travers de l’ association Endomind, et reversant 10% de leurs bénéfices à la recherche. Engagée pour le climat avec leur participation à la convention des entreprises pour le climat. Elles sont aussi engagées contre la précarité menstruelle et ont déjà distribué plus de 50 000 culottes menstruelle

 

 

CAPUCINE MERCIER, fondatrice de PliM

 

En 2005, Capucine, jeune ingénieure, rencontre une amérindienne qui fabrique elle-même ses protections lavables en tissu. Pour son peuple, le sang menstruel n’est pas un déchet et l’hygiène féminine n’est pas taboue. 

Convaincue, la jeune française décide de créer PliM en 2009, pour sensibiliser les femmes aux Protections Lavables Intimes Menstruelles, en créant des produits à haute exigence: coton bio, certifications maximales, fabrication Made in France.

 

En 2018, ils fondent Petits Cadors, une marque et une histoire née en famille. Capucine n’a de cesse d’élargir sa gamme de produits pour proposer aux femmes toujours plus de solutions respectueuses de leur intimité.

C’est ainsi qu’elle développe les premières culottes menstruelles 100% coton bio et Made in France, les Culottées, puis les Swim’PliM, des maillots de bain anti-fuite certifiées OEKO-TEX 100 et les protège-slips SMART.

 

PliM propose également des disques démaquillants lavables biface qui remplacent tous les cotons jetables, des pochettes et pochons en coton bio, des coussinets d’allaitement anatomiques en flanelle de coton bio pour la poitrine et sans toxique.

 

FLORENCE BAITINGER, co-fondatrice de Gobi

 

Florence rencontre ses futurs associés Xavier et Samuel en février 2003 lorsqu’ils travaillent ensemble sur le débat National sur les Énergies. Après ce projet commun, ils décident qu’un jour ils créeront une entreprise ensemble.

Quelques années plus tard, face au gâchis des plastiques à usage unique notamment au bureau, émerge l’idée d’inventer une gourde réutilisable, qui pourrait remplacer gobelets et bouteilles en plastique dans les open-space.

 

Les trois amis quittent leurs emplois salariés pour se lancer dans l’aventure Gobi. En juin 2011, les premières Gobi sortent d’usine. Légères, transparentes, pratiques avec leur anse intégrée au bouchon et personnalisables, elles séduisent Google France, Suez, le Conseil Général des Yvelines, Quiksilver, Dailymotion, Louis Vuitton… 

 

A l’occasion de la COP 21 à Paris, Gobi est choisi pour équiper les 36 000 participants. Grâce à ce cap important, l’entreprise démarre une phase de croissance à deux chiffres, puis à trois chiffres à partir de 2019.

 

En 2020, Florence a pu célébrer avec fierté les 10 ans de la startup qu’elle a cofondée. Cet anniversaire a coïncidé avec une nouvelle étape de la législation anti-plastiques à usage unique car l’interdiction s’étend à de nouveaux produits, notamment les gobelets, les produits que Gobi souhaitait justement remplacer !

 

En 2022, Gobi s’attaque au sport féminin et équipe l’ensemble des participantes à l’Open 6e Sens – Métropole de Lyon. Une nécessité quand, sur l’édition 2021, 2 400 litres d’eau ont été distribués dans des bouteilles en plastique.

 

Gobi a également présenté de nouveaux produits, toujours écoconçus, personnalisables et Made in France : une gourde en verre, des couverts réutilisables en inox ou des verres en copolyester pour remplacer les gobelets en plastique.

 

ALEXANDRA BROUSSAUD, co-dirigeante de la Maison Broussaud

 

Alexandra est arrivée dans le Limousin à l’âge de 9 ans, elle grandit entre un papa chauffeur routier et une maman assistante maternelle. En 1999, le bac L en poche, elle décide très vite de travailler. En 2000, elle entre chez Broussaud au remaillage, sans imaginer que son destin est en train de s’écrire.

 

En 2006, Aymeric et Alexandra décident de reprendre la société. Malgré lesdifficultés, ils y croient, à raison. Les rôles sont parfaitement définis : Alexandra est en charge de la production, du tricotage au design en passant par l’achat des matières premières.

Aymeric chapeaute le commercial et la technique ainsi que la grande distribution. Ensemble, ils gèrent les relations clients. Avec le label Origine France Garantie comme carte de visite, Broussaud est aujourd’hui une entreprise qui compte dans l’industrie textile. 

 

MATHILDE SCHEUER, co-fondatrice du Laboratoire Hollis

 

Après plusieurs années au comptoir en officine puis dans plusieurs laboratoires internationaux, Mathilde, diplômée en Médecine Nutritionnelle et Fonctionnelle et Dr en pharmacie, évolue dans un milieu essentiellement masculin.

 

Au cours de ses expériences professionnelles et personnelles, elle est frappée de voir la difficulté quotidienne que rencontraient les femmes à concilier vie de couple, travail prenant, grossesse et enfants à gérer. Elle est effarée de constater que les seules réponses des grands groupes aux problématiques de celles-ci se limitent à des produits pour la cellulite, la perte de poids ou de cheveux. 

 

Elle rencontre son futur associé Thomas Hugonnenc au cours de leurs carrières respectives dans le monde du complément alimentaire. Ensemble, en 2020, ils fondent le Laboratoire Hollis, des compléments nutritionnels pour les femmes.

Hollis suit une approche holistique, écoresponsable et propose différentes cures (fer, onagre, rêves, post-partum, urinaire, etc) avec des formules à base d’actifs de haute qualité.

 

MURIEL GOUDOL, co-fondatrice des Petits Cadors

 

Muriel débute sa carrière en agence de communication comme graphiste. Elle rencontre Laurent, son futur compagnon et associé au cours de leurs carrières respectives.

 

Ensemble, ils ont deux enfants. C’est lors d’un voyage en Bretagne, qu’ils ont un déclic qui va bouleverser leur vie : « Comme beaucoup de voyageurs et de familles, nous avons acheté un coussin en forme de U pour dormir en voiture mais… personne n’a fermé l’œil avec cet accessoire. Alors, nous avons eu l’idée de créer un véritable oreiller de voiture avec un système d’attache pour le maintenir en place. »

 

Tout s’enchaîne. Tous deux en freelance, ils vont vite lâcher définitivement leurs activités pour se consacrer à 100% dans ce beau projet commun.En 2018, ils fondent Petits Cadors, une marque et une histoire née en famille.

 

Petits Cadors propose des gammes de coussin d’appoint innovant pensé pour chaque membre de la famille. Muriel et Laurent mêlent confort et style grâce à l’utilisation de matériaux des professionnels de la literie et d’une grande variété de tissus aux motifs créatifs ou intemporels. Tous deux mettent un point d’honneur à s’engager dans une démarche écoresponsable.

 

JENNIFER MAUMONT, co-fondatrice de JULES & JENN

 

Après HEC et un début de carrière dans de grandes entreprises, comme Christian Dior, Jennifer fonde d’abord Eclipse, une marque de chaussures dans l’esprit fast fashion. Mais l’entrepreneuse réalise rapidement qu’elle ne se reconnait pas dans tout ce gaspillage. Même constat et envie de changement du côté de son mari Julien.

 

Globe-trotteurs dans l’âme, ils décident alors de prendre le large et de partir pour un tour du monde pendant un an, avec leurs enfants. C’est au cours de ce voyage qu’ils prennent réellement conscience de l’impact que l’industrie de la mode peut avoir sur l’environnement. 

A leur retour, le couple se lance à deux dans la création d’une marque durable et éthique, JULES & JENN, qui propose différentes gammes de chaussures et d’accessoires en cuir.

Avec cette marque, Jennifer souhaite montrer qu’il est possible de proposer des produits de qualité à prix abordable et avec un moindre impact sur l’environnement.

 

 

 

Source : Agence Flag

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.