#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #Emploi #EmploiFormation #InfosNationales #InfosNationales
Denys Bédarride
5 février 2015 Dernière mise à jour le Jeudi 5 Février 2015 à 08:02

L'emploi intérimaire a chuté de 4,1% en décembre, avec un plongeon de -23% dans le BTP. Sur l'ensemble de l'année 2014, 6.000 emplois ont été détruits.

C’est un signal de mauvais augure avant la publication des chiffres du chômage de décembre. Selon les données dévoilées par prism’emploi, la fédération professionnelle des entreprises de travail temporaire, l’intérim a fortement reculé en décembre, à -4,1% par rapport à décembre 2013. Les transports ont été épargnés (+1,6%), mais l’industrie (-1,2%), les services (-2,5%), le commerce (-3%) et surtout le BTP (-23%) ont souffert.

L’intérim est en recul continu depuis septembre et les chiffres sont alarmants. Entre 2013 et 2014, l’intérim a perdu 6.000 emplois à temps plein. Selon les chiffres, depuis 2011, environ 72.000 emplois ont été détruits.

Ces chiffres contrastes avec ceux des années 2009 à 2011 (rouge sur le graphique), où les l’emplois intérimaires avaient grimpé de 28,8%, soit plus de 129.000 emplois créés.

La répartition des effectifs intérimaires

La majorité des intérimaires (42,5%) sont des ouvriers “non qualifiés”. Cela soulève un problème de formation et d’insertion. Ajoutons à cela les personnes “qualifiées” qui ne trouvent pas de travail, obligées d’accepter des offres d’emploi inférieures à leurs qualifications et les intérimaires qui viennent de l’étrangers travailler dans le BTP.

Le patronat s’engage aussi à développer l’apprentissage et l’accès à l’emploi des seniors et des personnes handicapées. Mais il se refuse à tout engagement chiffré, un point que ne devraient pas manquer de regretter les organisations syndicales. 

Source : Les Echos.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.