#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #Economie #Entreprises #InfosNationales #VieDesEntreprises #InfosNationales
Karim Maoudj
2 septembre 2015 Dernière mise à jour le Mercredi 2 Septembre 2015 à 07:09

Patrick Drahi, le directeur du groupe télécommunication Altice (Numéricable, SFR) s’est allié avec Alain Weill, PDG du groupe d’audiovisuel Nextradio TV (RMC, BFM TV) pour racheter ce dernier

Crédit Photo: Ecoaustral

Après l’acquisition de Libération en juin 2014, l’Express et Stratégies en février 2015, le géant de la télécommunication, Patrick Drahi poursuit l’expansion de ses affaires avec le rachat du groupe Nextradio TV. Il s’apprête a lancé une OPA d’un montant de 595 millions d’euros avec son associé, Alain Weill, l’actuel PDG du groupe Nextradio TV, pour créer une co-entreprise qui sera détenue à 51% par Weill et à 49% par Altice Contents. La nouvelle acquisition sera possible d’ici 2019.

Retour sur l’histoire de Nextradio TV

Créé en en Décembre 2000 par M. Weill (ancien directeur général du groupe NRJ) et coté en bourse. Nextradio TV a actuellement un capital de 428 millions d’euros (enregistré au 31/12/2014) et a réalisé un chiffre d’affaires de 195,1 millions d’euros à la fin de l’exercice 2014.

Ce groupe pluri-média est composé de plusieurs filiales dont RMC, BFM Business, BFM TV, RFM Découverte, RFM Sport, etc.

En ce qui concerne Patrick Drahi, ce dernier est à la tête du cinquième pôle de presse magazine français. Actuellement au commande de SFR et Numéricable, ce milliardaire encore inconnu du grand public, détient aussi une chaine israélienne d’information, i24news, ainsi que le groupe israélien de télévision et de téléphonie, mobile Hot

Avec un tel bagage d’activité à son actif, on comprend mieux pourquoi Alain Weill a choisi de lui céder Nextradio TV. 

« Il souhaite le même élan pour les médias que pour les télécoms. Les deux vont ensemble : pour un groupe audiovisuel, c’est une garantie de distribution, alors que le hertzien, pour la télévision comme pour la radio, va décliner. » L’autre dimension invoquée est l’international : « Il est difficile d’y aller seul, » explique M. Weill [propos recueillis par le journal Le Monde]. 

 

 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *