#Actualite #AnalyseEconomique #Barcelone #Decideurs #Economie #Politique #Barcelone
Karl Demyttenaere
26 juillet 2016 Dernière mise à jour le Mardi 26 Juillet 2016 à 10:07

La crise économique de 2008 qui se fait toujours sentir en Espagne n’a pas épargné les jeunes diplômés. Touchés par le chômage, les jeunes espagnols ont choisi l’expatriation afin de poursuivre leur carrière. Ils étaient près de 50 844 à avoir quitté

 

Les conséquences de la crise économique sont nombreuses dans le pays. L’une des plus problématiques pour le gouvernement espagnol est l’exil de ses jeunes diplômés. Un phénomène qui s’accentue. Il est vrai que 50 844 espagnols ont encore quitté le pays au premier semestre 2015.

Ce chiffre est le plus important enregistré depuis le début de la crise en 2008. Un phénomène en constante augmentation malgré le fait que l’Espagne sort peu à peu de la crise. « L’émigration a connu trois vagues successives en Espagne à partir de 2008 » explique Christopher Dembik, chef économiste de Saxo Bank. 

« Dans un premier temps, les travailleurs migrants ; à partir de 2010, une population jeune et hautement qualifiée ; et depuis deux ou trois ans, ce phénomène touche toutes les catégories sociales » ajoute encore Christopher Dembik.

Les retombés économiques

Le coût de l’exil des jeunes est un enjeu majeur pour l’. Les pertes financières pour le gouvernement s’estiment à 57 milliards d’euros entre 2014 et 2024.

Des chiffres édifiants apportés par le Conseil de la jeunesse d’Espagne. Ce constat s’est établi en additionnant le manque à gagner fiscal (2,2% du PIB en 2013) et les coûts des formations inutilement investis (3,4% du PIB).

Sans oublier que tous ces départ à l’étranger créent un vide démographique dans la population. Et pour la première fois depuis 1941, l’Espagne se trouve en déficit de natalité, soit le nombre de naissances inférieures à celui des décès.

Un réel manque à gagner pour l’Espagne qui connaît très bien les conséquences désastreuses d’une faible natalité sur la croissance du PIB.

L’appât des aides publiques

Les autorités espagnoles ont décidé de subventionner le retour de ses « cerveaux ». L’Etat s’est donc engagé à aider les jeunes entrepreneurs espagnols souhaitant revenir faire affaire dans le pays.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *