#Actualite #Collectivites #Institutions #Occitanie #Occitanie
Denys Bédarride
17 janvier 2015 Dernière mise à jour le Samedi 17 Janvier 2015 à 08:01

Après deux années de réflexions et de négociations, l’Etat et ses établissements publics, dont le Conservatoire du Littoral, les collectivités et les acteurs privés se sont réunis pour acter le devenir du Lido de Sète. Le 7 janvier, le Préfet de la r


En 2012, le Conservatoire du Littoral, Etablissement Public d’Etat s’est vu confier par le préfet de l’Hérault, la mission délicate de mener l’ensemble des négociations nécessaires à une évolution réussie du Lido de Sète à Marseillan et d’acquérir, conformément à sa stratégie foncière, les espaces naturels de ce site emblématique.

Voici les solutions proposées par les partenaires ci-dessous :

Les partenaires

– l’Etat et ses Etablissements Publics –Conservatoire du Littoral, Agence de l’Eau et INRA).
– Les collectivités territoriales, telles que le Conseil Régional Languedoc-Roussillon, Thau Agglo (gestionnaire des propriétés du Conservatoire du Littoral sur ce territoire), le Conseil Général de l’Hérault, ainsi que les communes de Sète et de Marseillan.
– La Société LISTEL (Groupe Vranken-Pommery-Monopole)

Les solutions

– Maintien des emplois liés aux activités d’embouteillage de Listel sur le LIDO
– Rachat à la société LISTEL par le Conservatoire du littoral, avec l’aide du Conseil régional Languedoc-Roussillon et de l’Agence de l’EAU, de 300 hectares d’espaces naturels. Cette cession ne concerne pas les surfaces cultivées en vignes. L’activité viticole est donc maintenue.
– Transfert dans les meilleures conditions de la collection unique de l’INRA constituée de plus de 7 000 variétés de vignes en provenance de plus de 40 pays, vers des terres non concernées par les risques d’inondation et de submersion.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.