#APEC #Cadres #Emploi #Entreprises #InfosNationales #Recrutement #InfosNationales
superadmin
1 juillet 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 1 Juillet 2022 à 14:07

11 semaines, c’est la durée moyenne de recrutement d’un cadre en 2021. Une durée qui s’est allongée - elle était de 9 semaines en 2020 - et qui peut, selon les secteurs ou les métiers, être encore plus importante. Dans l’informatique par exemple, les

?id=oBknkBZHKzb6Qz3g8KGnqswbIYy45n2V

Ainsi, trouver et attirer les compétences cadres représente un véritable enjeu pour les entreprises. Malgré les impacts économiques de la guerre en Ukraine et un climat d’incertitude, les prévisions de recrutements restent élevées avec 282 000 embauches de cadres attendues en 2022 (+5 % vs 2021).

Dans ce contexte, face aux tensions de recrutement, les entreprises sont ainsi contraintes d’ajuster leur stratégie de sourcing (pratiques de recrutement), parfois drastiquement. Elles sont également amenées à adapter leurs critères de recrutement sans perdre de vue les leviers d’attractivité qui leur permettent de se différencier auprès des candidates et candidats.

Pour Gilles Gateau, directeur général de l’Apec : « Face aux tensions de recrutement qui représentent un vrai risque pour le développement des entreprises, ces dernières adaptent de plus en plus souvent le niveau des salaires proposés voire les profils retenus. En revanche, les méthodes de recrutement elles-mêmes évoluent encore peu. Dans ce contexte, l’Apec est mobilisée pour accompagner les recruteurs à faire « ce pas de côté », et les mettre en relation avec des profils qu’elles n’auraient peut- être pas recrutés spontanément, notamment parmi les jeunes diplômés et les cadres dit séniors. »

?id=gpdToDRJ33cVFNBNZRYd2A8IXYneK0uw

Les salaires, premier critère d’ajustement

Pour finaliser leurs recrutements de cadre, 53 % des PME et 67% des grandes entreprises ont revu à la hausse les rémunérations proposées aux candidats. Les autres ajustements portent sur le profil recherché.

Ainsi, 47 % des entreprises se sont résolues à recruter un cadre n’ayant pas toutes les compétences techniques requises et 46 % ont finalement recruté un candidat moins expérimenté qu’envisagé au départ.

Près de 7 entreprises sur 10 privilégient les réseaux sociaux

50 % des entreprises considèrent que leurs recrutements de cadres ont été difficiles en 2021 (+13 points vs 2020), en particulier les grandes entreprises (62 % vs 41 % en 2020). Quelle que soit leur taille, elles expliquent ces difficultés par l’insuffisance de candidatures, un manque de profils disponibles plus important en région (73 %) qu’en Ile-de-France (62 %) mais aussi par le décalage entre les candidatures reçues et leurs besoins.

Dans ce contexte, les entreprises deviennent plus proactives et ont tendance à multiplier les canaux pour mener à bien une embauche. Aussi, elles ont bien intégré le rôle majeur des réseaux sociaux dans leur stratégie de sourcing.

En 2021, quelle que soit la taille de l’entreprise, 69 % des recruteurs ont utilisé les réseaux sociaux dans au moins un de leur recrutement. Elles n’étaient que 12 % en 2008 (50 salariés et plus).

Pour les ETI et grandes entreprises, les réseaux sociaux représentent le 2e canal le plus utilisé en 2021 (alors qu’ils n’étaient que le 4e en 2019).

Afin d’optimiser les chances de trouver des candidats et des candidates : 36 % des entreprises (vs 29 % en 2020) utilisent plus de 5 canaux de recrutements (dépôt d’offres sur leur site Internet, sur des sites d’emploi dédiés, mobilisation de leur réseau, sollicitations d’écoles ou d’associations d’anciens élèves…).

Une stratégie très présente dans les grandes entreprises (42 %) et le secteur de l’ingénierie R&D (53 %) où les difficultés de recrutement sont importantes.

L’offre d’emploi, vitrine de la promesse employeur

Face à leurs difficultés pour recruter et aux exigences des candidats, les entreprises cherchent à se différencier et rester attractives à chaque étape du processus d’embauche. Conçue comme une véritable vitrine, l’offre d’emploi qui reste le canal n°1 de recrutement – leur permet de valoriser le poste dès sa publication. 71 % des entreprises y évoquent l’utilité générale des missions et 66 % la qualité des conditions de travail (télétravail ou jours de RTT par exemple).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.