#Actualite #BuzzNews #Economie #Entreprises #Institutions #Occitanie #VieDesEntreprises #Occitanie
Robert FAGES
14 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 14 Septembre 2016 à 06:09

L’enquête publique concernant la construction de la nouvelle installation qui devrait générer une trentaine d’emplois, débute le 5 septembre.

 

L’usine AREVA Malvesi, installée à Narbonne, a pour activité la conversion de l’uranium naturel, étape qui se situe entre l’extraction des minerais et l’enrichissement de l’uranium.

« Les procédés de traitement des concentrés miniers mis en oeuvre au sein de l’établissement AREVA Malvési sont à l’origine d’effluents liquides. Ces effluents subissent, après neutralisation, une étape de décantation en bassins afin de séparer les boues. Les liquides surnageants, contenant des sels nitratés, sont transférés vers d’autres bassins d’évaporation. L’évaporation est limitée par la teneur en sels nitratés de sorte qu’au-delà d’une certaine concentration, il n’est plus possible de réduire le volume résiduel d’effluents. Les premières installations de l’établissement AREVA Malvési ayant été mises en service il y a plus de 50 ans, de grandes quantités d’effluents sont présentes dans les lagunes. Aujourd’hui, après de nombreuses années de recherche sur le traitement applicable à ces effluents, AREVA a fait le choix de les traiter par un procédé thermique » souligne Stephan Jolivet, directeur de l’unité narbonnaise de la multinationale française de l’énergie.

AREVA Malvesi a donc décidé d’investir 80 millions d’euros dans la création d’une installation de Traitement Des Nitrates (TDN).

L’enquête publique démarre le 5 septembre et se terminera le 5 octobre.

Le dossier sera consultable sur le site internet de la préfecture de l’Aude ainsi que dans les trois mairies du secteur : Narbonne, Moussan, Cuxac-d’Aude).

A terme, 18 000 m3 d’effluents nitratés pourront être traités chaque jour par cette nouvelle unité qui aura également pour objet de résorber les 350 000 m3 d’eau nitratée accumulés dans les bassins d’évaporation.

AREVA Malvesi espère une autorisation de construction d’ici la fin de l’année.

Ensuite le chantier devrait durer deux ans. La mise en service pourrait avoir lieu début 2019.

AREVA Malvesi estime à une trentaine le nombre d’emplois que pourrait générer ce nouvel équipement. Le centre industriel de Malvési a été créé en 1959 sur l’emplacement d’une ancienne usine de production de soufre.

Depuis, le site n’a cessé d’évoluer, notamment pour limiter son impact sur l’environnement.

Areva Malvesi

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *