#AuvergneRhoneAlpes #Economie #JeuxVideos #Lyon #Numerique #RegionAuvergneRhoneAlpes #Videos #AuvergneRhoneAlpes #Lyon
Zoé Favre d'Anne
7 juin 2018 Dernière mise à jour le Jeudi 7 Juin 2018 à 13:29

La première édition du Game Summit, salon régional du jeu-vidéo, s’est tenue le 1er juin  à l’Hôtel de Région avec au programme : conférences, réseautage, e-sport, démonstrations et tables-rondes.

Environ 800 personnes ont participé à cette première édition du Game Summit, organisé par la Région Auvergne-Rhône Alpes, au sein de son propre bâtiment.

L’objectif de ce salon était de « fédérer » tous les acteurs de la filière du jeu-vidéo pendant une journée. En effet, le jeu-vidéo est une filière en évolution, au niveau de l’industrie culturelle où elle prend une place grandissante, mais elle s’étend aussi désormais à d’autres secteurs comme l’économie, l’industrie, le sport, la recherche, l’éducation…  

Un constat que partage François Cottin, vice-président d’Allegorithmic, une entreprise qui développe des logiciels de création de texture : « L’écosystème du jeu-vidéo a bien évolué depuis 15 ans, on est passé d’un marché relativement de niche à un marché globalisé qui est maintenant un exemple pour de nombreux autres marchés».

?id=M5T58byhVGyhDodMK3ORx3wRDb1rp5D4

«On voit aujourd’hui des gens de l’automobile, de l’architecture, du design industriel, du film… venir chercher de l’inspiration technique dans le marché du jeu-vidéo. C’est simple, les gens du marketing chez les constructeurs automobiles se sont rendus compte que l’expérience était meilleure dans un jeu-vidéo qu’en concession et ils ont voulu changer ça. L’univers technologique du jeu-vidéo se développe donc largement au-delà de ses bases. »  

En  2017, en France, le secteur du jeu-vidéo a fait un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros, soit une augmentation de 18% par  rapport à 2016 (étude du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisir).

Samy Kéfi-Jérôme, conseiller régional délégué à l’e-administration et responsable de la mission jeux-vidéos, insiste donc sur l’importance de développer la formation, l’accompagnement et les applications du jeu-vidéo afin que les entreprises puissent se pérenniser en France ou en région.

Aujourd’hui, la région Auvergne-Rhône Alpes compte 117 entreprises dont une grande majorité de petits studios et quelques géants comme Ubisoft, Electronic Arts ou Allegorithmic. Selon Samy Kéfi-Jérôme ce secteur génère un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en région.

Toutefois, pour David Gal-Regnez, directeur du pôle de compétitivité Imaginove, la principale difficulté des entreprises du jeu-vidéo est le recrutement car les compétences recherchées sont rares. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *