#Actualite #BonsPlans #Economie #Entreprises #InfosNationales #InfosNationales
Charlotte Cabane
20 juin 2015 Dernière mise à jour le Samedi 20 Juin 2015 à 10:06

Une deuxième vague de labellisation de candidats au label Métropole French Tech sera annoncée par Axelle Lemaire, secrétaire d'état au numérique, autour de la mi-juin 2015

Cette vague, qui comprendra un nombre restreint de lauréats, clôturera pour une période de 3 ans le dispositif d’identification et de labellisation des écosystèmes de startups dynamiques et matures à travers la France.

En effet, les labels sont par principe remis en jeu au bout de 3 ans, et à ce moment-là, quelques nouveaux écosystèmes, qui auraient fortement progressé depuis 2015 pourraient rejoindre la liste des Métropoles French Tech des régions françaises et de Paris-Ile-de-France.

L’objectif du dispositif de labellisation est de stimuler et structurer les écosystèmes locaux pour permettre aux startups de trouver à proximité l’ensemble des ressources dont elles ont besoin pour croître et devenir des « champions » internationaux.

Lors de la première vague de labellisation en novembre 2014, 15 dossiers avaient été déposés et 9 écosystèmes labellisés : Lille, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Aix-Marseille, Grenoble, Nantes, Rennes, Montpellier.

 

Les dossiers en lice pour cette deuxième vague sont :

– Toulon

– Normandie (Rouen-Caen-Le Havre)

– Saint-Etienne

– French Tech Côte d’Azur (Nice, Cannes, Grasse, Sophia-Antipolis)

– Brest+ (Brest, Morlaix, Quimper, Lannion), LorNtech (Metz, Nancy, Thionville, Epinal)

– Annecy, Avignon, French Tech Alsace (Strasbourg, Mulhouse)

– French Tech Poitou-Charente (La Rochelle, Poitiers, Angoulême, Niort)

– French Tech Loire Valley (Orléans-Tours).

Les critères qui prévalent à la labellisation sont la dynamique, la concentration et la maturité des écosystèmes de startups, facteurs clés de performance.

 

Et après ?

Tous les acteurs sont, quoi qu’il arrive, membres du mouvement collectif ouvert qu’est La French Tech. Les écosystèmes qui ne seront pas labellisés n’en sont pas moins un atout pour notre pays et ses régions. Ils pourront bénéficier de dispositifs dont les détails seront précisés au moment des labellisations en juin, comprenant un accompagnement et une visibilité nationale.

Pour les Métropoles French Tech déjà labellisées le travail d’animation, de mise en réseau et de partage d’expérience a commencé.
Fin 2015, une présentation des bilans à un an aura lieu pour juger de l’état d’avancement du projet.

 

 

Plus d’informations : Métropoles French Tech 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *