#Actualite #AnalyseEconomique #AuvergneRhoneAlpes #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Politique #AuvergneRhoneAlpes
Deborah Berthier
23 septembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 23 Septembre 2016 à 10:09

Actuellement 1er Vice-président de la Métropole de Lyon, en charge de l'économie, David Kimelfeld pourrait succéder à Gérard Collomb à la mairie de Lyon, en 2020. Portrait de cet homme encore méconnu du grand public et interview en direct de la Métro

 

Il pourrait remplacer Gérard Collomb. C’est le sénateur-maire de Lyon et président de la Métropole lyonnaise qui a, lui-même, récemment annoncé qu’il se verrait bien « faire un tandem » avec David Kimelfeld aux prochaines élections municipales. Gérard Collomb à la tête de la Métropole. David Kimelfeld à la mairie.

Cette annonce n’est en réalité pas tout à fait un scoop. L’actuel premier Vice-président de la Métropole de Lyon, en charge de l’économie, n’est pas devenu le dauphin de Gérard Collomb du jour au lendemain. Depuis quelque temps déjà, il se murmure qu’il pourrait reprendre les rênes le moment venu.

Pourquoi maintenant ? Car Gérard Collomb sera contraint, en 2020, de faire un choix entre la Ville et la Métropole. En 2014, il avait obtenu une dérogation du Conseil Constitutionnel, lui permettant de cumuler ces deux mandats, à titre transitoire, le temps de mettre en place la nouvelle Métropole, qui englobe, depuis janvier 2015, les compétences du Département, sur le territoire de l’agglomération. Mais cette mesure d’exception arrivera à échéance en 2020. Et Gérard Collomb veut choisir la Métropole.

David Kimelfeld, vice-président de la Métropole de Lyon

Un chef d’entreprise en politique

Ce qui laisse le champ libre à David Kimelfeld pour faire ses preuves. A 54 ans, le Vice-président de la Métropole est également maire du 4e arrondissement de Lyon et président des socialistes du Rhône. Il a fait ses premiers pas en politique au sein du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), avant de rejoindre le parti socialiste en 1988.

Il a ensuite mis son militantisme entre parenthèses, lorsqu’il a fondé, en 1990, l’entreprise de transport maritime Tepmare, qu’il dirige aujourd’hui encore. L’un des rares élus ayant une expérience en tant que chef d’entreprise.

Il retrouve finalement le PS en 1998 et est élu premier adjoint au maire du 4e d’arrondissement trois ans plus tard. A la suite du départ de Dominique Bolliet, il devient maire du 4e en 2011 et est réélu en 2014.

Un programme économique chargé pour la Métropole

A la Métropole, c’est notamment à lui que revient la charge de mettre en place la politique économique de la Métropole. Il a ainsi récemment présenté, avec Gérard Collomb, les grandes orientations du développement économique du Grand Lyon pour les cinq années à venir .

« Parmi les grands enjeux de la Métropole, on peut citer le maintien du socle industriel, la mise en place d’un meilleur accompagnement des PME ou encore la valorisation de secteurs jusque-là sous-représentés, comme par exemple celui des assurances », explique-t-il.

C’est sur ce vaste chantier et la réussite de la mise en place des mesures politiques de la Métropole qu’il entend se concentrer d’ici 2020. Car il en est persuadé, une victoire du PS à la mairie est impossible si le parti ne remporte pas également la Métropole. Et à ceux qui s’étonnent voire reprochent une annonce un peu prématurée de la part de Gérard Collomb, David Kimelfeld répond, avec philosophie, qu’ « il n’existe pas de “bon” moment pour ce type d’annonces ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *