#Actualite #Collectivites #Occitanie #Occitanie
Denys Bédarride
24 novembre 2014 Dernière mise à jour le Lundi 24 Novembre 2014 à 01:11

Le toujours Président du Conseil général de l’Hérault s’appuient sur 2 sondages pour dénoncer la réforme du gouvernement :

-84% des Français ne considèrent pas la suppression des Départements comme une priorité de la réforme territoriale.

-69% des Français se disent attachés à leur Departement. Ce chiffre monte à 76% dans les communes de moins de 2000 habitants .

« Le bruit “anti-élus” que l’on entend depuis des années est désespérant. C’est la banalisation d’un discours populiste qui affaiblit considérablement la démocratie. Quand on me parle d’économie qui seront réalisées, c’est un mensonge tellement énorme. L’éloignement des centres de décisions a toujours entrainé des surcoûts et des aberrations. Cette réforme ne générera pas des économies à court ou moyen terme car elle ne fera que redistribuer des coûts entre les différents échelons administratifs. Ne vous détrompez pas, les effets sur la croissance et l’emploi seront désastreux car nous représentons 70% des investissements publics. Il faut bien comprendre que ce sont les Départements qui redistribuaient les ressources en aidant les petites et moyennes communes à répondre aux besoins de leurs habitants. Qui le fera demain ? On a bradé 2 siècles d’histoire républicaine en 2 semaines. En réalité, on assiste à une recentralisation du pouvoir. Nos concitoyens deviendront invisibles et inaudibles . » argumente-t-il et conclut-il .

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.