Ecomnews - Adds
Le Port de Marseille-Fos a perdu 10 millions de T et 20 millions d'€ en 2020
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 28 JAN 2021 à 09:18
Les trafics du port de Marseille-Fos ont plongé en 2020 de 12,7% totalisant 69 MT. Si le port n’a jamais cessé de fonctionner durant la crise sanitaire, il fait face à la baisse de la consommation mondiale et subit le retournement de conjoncture des industries qui commercent avec le port et celles qui localement se restructurent. Les recettes ont également accusé le coup avec un manque à gagner de 20 M€ pour un chiffre d’affaires de 145 M€. Pour autant, cette crise n’obère pas le programme d’investissements de l’établissement portuaire pour les quatre prochaines années qui se maintient à 342 M€.

Quasiment toutes les filières ont baissé pavillon en 2020 sur le port de Marseille-Fos qui achève l’année 2020 sur une baisse record avec un trafic qui atteint péniblement les 69 MT, en recul de 12,7 %.

Une chute en ligne avec les ports concurrents de Barcelone et Gênes avec des baisses respectives de 14 et 11%.

Si la pandémie est responsable de cette chute des volumes depuis mars, le port avait également été l’otage d’un conflit social de grande ampleur en décembre 2019 et janvier 2020 contre la réforme des retraites.

Après un court répit en février, les premiers cas de Covid sont apparus en Europe et les premiers rapatriements de croisiéristes ont débuté en mars. Ainsi, la croisière a été totalement paralysée, elle l’est encore, en raison de la fermeture des frontières menaçant localement 16 000 emplois.

L’activité ferry a également fait les frais des mesures gouvernementales pour enrayer la propagation du virus.

Si les flux ont progressivement repris sur la Corse (-28%) et la Tunisie (-55%), l’Algérie reste toujours fermée aux voyageurs (-89%).

?id=8VNIHfRFxNQZyLNWSZfPyCtO7p45oaLD

© NBC

« Marseille-Tanger, une lueur d’espoir »

« L’ouverture d’une liaison entre Marseille et Tanger Med par la Méridionale apporte une lueur d’espoir avec 1526 passagers transportés en décembre », explique Chantal Helman, membre du directoire du Grand port Maritime de Marseille.

Également directrice financière de l’établissement, elle souligne la perte de 20 M€ de chiffre d’affaires en 2020 pour le GPMM qui totalise 145 M€.

Pour l’année 2020, le port a révisé à la baisse ses investissements de 70 à 51 M€. Il a notamment débuté les travaux d’aménagement de la future gare maritime internationale du Cap Janet où seront transférés les flux Maghreb fin 2022 et achevé la jonction entre les terminaux à conteneurs de Seayard et Eurofos offrant désormais un linéaire de quai de 2,5 km pour l’amarrage des navires.

342 M€ investis jusqu’en 2024

Pour les quatre ans à venir, le niveau d’investissements devrait se maintenir à 342 M€ avec la poursuite de l’équipement du port en courant de quai et l’installation de panneaux photovoltaïques pour porter la production locale d’électricité de 10 à 50 MW. Des investissements ferroviaires dans les deux bassins du port à hauteur de 60 M€ sont programmés jusqu’en 2024.

En revanche, les professionnels portuaires qui réclamaient des investissements pour permettre l’accueil de rouliers de plus de 200 m —via la passe sud des bassins Est— n’ont pas obtenu satisfaction. En guise de réponse, le GPMM annonce une réorganisation des terminaux entre Pinède Nord et Sud.

« Nous avons lancé un appel à manifestation d’intérêt pour reconfigurer le terminal Pinède en cinq lots ce qui nous permettra d’accueillir des navires de 250 mètres », a expliqué Hervé Martel, président du directoire du port.

Ecomnews - Adds