Ecomnews - Adds
Barcelone : un programme innovant permet aux migrants de créer leur propre marque de vêtements
Par Johanne Eva Desvages publié le 10 JUIL 2018 à 14:40
En Catalogne, le programme « DiomCoop » permet aux migrants de vendre légalement les vêtements et accessoires qu’ils convoient et exposent dans les rues.

Des sacs, vêtements et accessoires étendus sur des couvertures qui jonchent les rues de Barcelone… Dans cette ville catalane, beaucoup de migrants venus du Sénégal ont décidé de s’installer, ou du moins d’y faire escale. La plupart vendent dans les rues les vêtements et accessoires qu’ils conçoivent.

Une activité qui a provoqué la colère de certains commerçants s’étant plaints à la mairie de Barcelone en raison d’une baisse de leur chiffre d’affaires. Pour enrayer ce commerce illégal, la maire de la ville, Ada Colau, a réuni les commerçants et rappelé que ces vendeurs de rue "se trouvent involontairement dans une situation d'illégalité parce que la loi sur l'immigration les empêche de travailler légalement".

La solution ? Leur offrir des possibilités d’emplois pour qu’ils cessent de vendre leur marchandise de manière illégale. Pour cela, 130 personnes ont pu bénéficier de différents programmes, parmi lesquels celui de la coopérative « DiomCoop ». Les membres du collectif oeuvrent à l’accueil et à l’insertion des personnes en situation de vulnérabilité.

"Nous devons changer l'apparence de la société et montrer qu'il existe des valeurs, un potentiel et une grande dignité au delà des couvertures ", indique la présidente Ndeye Fatou Mbaye.

Ce projet innovant et inédit en Espagne devrait permettre aux participants, tous originaires d’Afrique subsaharienne, de "générer une source de revenus et de moyens de subsistance" a précisé Ababacar Thiakh, également membre du groupe. Lorsque l’initiative a été lancée en 2017, 350 personnes vendaient illégalement dans les rues et "85 d'entre elles ont présenté une demande ".

16 personnes ont finalement été sélectionnées pour rejoindre la coopérative qui les a formées à leurs nouveaux postes, jusqu’au lancement de la marque, en mai 2018. Les vêtements se trouvent aujourd’hui dans une cinquantaine de magasins et dans une boutique en ligne.

La coopérative a également lancé une campagne de crowdfunding afin de payer les salaires des participants au projet et le loyer du local où ils conçoivent les vêtements.

Au total, ils ont récolté plus de 66.000 euros, soit 20 000 euros de plus que la somme espérée.

© Crédit photo : Cooperative Diomcoop

Ecomnews - Adds