Ecomnews - Adds
Cannes, Antibes, Grasse et Alpes d’Azur : A quoi va servir le nouveau pôle métropolitain Cap Azur ?
Par Olivia Oreggia publié le 03 JUIL 2018 à 15:12
C’est à Cannes, dans la salle habituellement réservée au conseil municipal, que s’est tenu ce 2 juillet le tout premier Conseil métropolitain de Cap Azur. « Cap » pour Côte, Alpes et Provence. Ce pôle regroupe 86 communes de l’ouest des Alpes-Maritimes, du littoral à la montagne. Soit quelque 450.000 habitants. Présentation officielle de ce nouvel « outil ».

Sans surprise, et à l’unanimité, David Lisnard, maire de Cannes et président de la Communauté d’Agglomération des Pays de Lérins, a été désigné à la tête de Cap Azur.

« C’est une grande originalité que ce pôle métropolitain », assure-t-il dans son discours. « Il n’y a ni administration, ni bureaucratie, ni rémunérations, ni indemnités. Il n’y a donc pas de fiscalité. Il n’y a ni présidence fixe, ni dépenses supplémentaires. C’est un outil qui se veut simplement un catalyseur de nos initiatives, un fédérateur. Pour répondre aux réalités non pas administratives mais humaines. »

?id=S3hLDDL6dVcUiztRkwByP1KC07mBGiVV

Le bon sens en action donc pour reprendre le vieux slogan publicitaire d’une banque ?

« C’est un regroupement de 4 entités avec une seule vision : être efficace et faire mieux pour nos concitoyens sans dépenser plus », nous explique Jean Léonetti, maire d’Antibes, président de la Communauté d’Agglo de Sophia Antipolis et donc, désormais, membre du bureau de Cap Azur :

« Tous les trimestres nous présenterons ainsi un projet supplémentaire pour ce vaste pôle. »

Après avoir mis en place une centaine de bornes de recharge pour véhicules électriques, puis lancé une appli culturelle à destination des jeunes, la 3e étape du plan d’actions verra la mise en réseau, en septembre prochain, des 3 pépinières d’entreprises de Cannes (CréÀCannes), Sophia Antipolis (Business Pôle) et Grasse (Innovagrasse) afin d’accompagner mieux encore les startups du territoire.

« Nous répondrons à des besoins concrets de la vie quotidienne des habitants. Il est donc important de ne pas décevoir en laissant croire que ce pôle pourrait être une coquille vide », a déclaré quant à lui Jérôme Viaud, maire de Grasse, président de la Communauté d’Agglo des pays de Grasse et également membre du bureau de Cap Azur. « Nous avons une volonté ferme d’avancer sur des sujets majeurs comme les transports. »

?id=3mTRNUM4Lzw2G1sczs9oY104s5gEpnl3

Ce pôle métropolitain regroupe donc 86 communes des Alpes-Maritimes, soit un peu moins de la moitié des habitants du département qui en compte 1,08 million.

Petite précision si cela était nécessaire, de Charles-Ange Ginésy : « Nous fondons aujourd’hui quelque chose de très fort qui n’est en concurrence avec rien. » Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur et président du Département, il est élu vice-président de ce nouveau Cap Azur.

Evidemment, la naissance de ce pôle tient beaucoup à la bonne entente des 4 élus à la tête des EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) le composant. « Mais le but est de faire quelque chose qui survive à nos personnes et perdure dans le temps », nous précise David Lisnard.

?id=GhYuE9UO9tsSZBJKDn8C7rQPNy37POG1

Légendes photos :

©Ecomnews - de gauche à droite: Sébastien Leroy, maire de Mandelieu; Jérôme Viaud, maire de Grasse, président CAPG; Charles-Ange Ginésy, pdt des Alpes d'Azur, vice-pdt de Cap Azur et pdt des Alpes-Maritimes; Michelle Salucki, maire de Vallauris; David Lisnard, maire de Cannes, pdt CACPL, pdt Cap Azur; Jean Leonetti, maire d'Antibes, pdt de la CASA; Richard Galy, maire de Mougins; Yves Pigrenet, maire du Cannet-Rocheville

©Ecomnews - Charles-Ange Ginésy, pdt des Alpes d'Azur, vice-pdt de Cap Azur et pdt des Alpes-Maritimes; Jean Leonetti, maire d'Antibes, pdt de la CASA; David Lisnard, maire de Cannes, pdt CACPL, pdt Cap Azur; Jérôme Viaud, maire de Grasse, président CAPG

Ecomnews - Adds