Ecomnews - Adds
Comment marier économie et écologie ? Grasse lance l’éco-pastoralisme en milieu urbain
Par Sanya Maignal publié le 07 OCT 2020 à 09:14
Au-delà des grands discours en matière d'écologie, la Communauté d'agglomération des Pays de Grasse agit et installe l’éco-pâturage en ville. Ce modèle de gestion différenciée et complémentaire des espaces verts est un heureux mariage entre l'écologie et l'économie.

C'est une approche nouvelle à Grasse !

Près de 300 milles mètres d’espaces verts répartis sur 18 sites sont à entretenir par les services de la sous-préfecture des Alpes-Maritimes. Plutôt que de faire du recrutement supplémentaire de débroussailleuses et tronçonneuse ou encore de sous-traiter avec des entreprises de jardinage, la Ville va faire appel aux brebis et moutons de Philippe de Raco.

Ce sont les protégés de ce passionné de pastoralisme qui vont désormais entretenir les espaces verts de Grasse et par la suite des autres communes de la communauté agglomération.

Cette démarche est un exemple concret des politiques publiques exemplaires privilégiant l'expérimentation et la mise en place des solutions d’avenir.

?id=XI7zn9KoBZNoIWJVYqnNJ2iEtFX7DTpS

Avantages pour les terres et les ressources humaines

Les atouts de ce nouvel mode de pastoralisme sont nombreux : enrichissement naturel du sol, développement de la biodiversité, moins d’espèces invasives, moins de bruit, plus aucun déchet vert à éliminer à la charge de la collectivité, plus de tondeuse ni de débroussailleuse, plus de produits chimiques, respect de la réglementation par le barrières électrique, l’encadrement par des chiens et par le contrôle sanitaire des bêtes...

De plus, le temps de travail des équipes des espaces verts sera optimisé et elles seront affectées sur d’autres missions.

La CAPG soutiennent aussi le pastoralisme local par une source de revenus supplémentaire et offre aux troupeaux des éleveurs locaux « la chance de faire ce qu’ils savent faire de mieux au service de la beauté de nos communes et d’un cadre de vie sain et préservé », souligne Jérôme Viaud.

?id=73qMcaHNs8Oxorwa40wO3kLngHiZGI4U

Un rêve réalisé

L'idée, selon certains farfelue, est de Philippe de Raco, passionné des moutons, vaches, ânes et autres chèvres. En traversant la France il a vu les bêtes à l’œuvre... ce fut le début de son projet.

Afin de vivre sa passion, il crée son entreprise et propose désormais ses services aux collectivités territoriales, particuliers propriétaires du foncier, entreprises qui préfèrent une gestion naturelle des espaces verts par la seule présence animale à une intervention mécanique et/ou chimique. Les clients de ces messieurs dames Mouton et Brebis comprendront vite que la tondeuse écologique est aussi bien plus économique.

Une entreprise créée, un chef d'entreprise qui pourra bientôt acheter de nouveaux moutons, chiens de garde, barrières et développer son activité de location de débroussailleuses/tondeuses à quatre pattes.

Ecomnews - Adds