Ecomnews - Adds
Carole Delga : « Il n’y a plus de conducteur dans le train SNCF »
Par Guillaume Bernard publié le 17 MAI 2019 à 10:00
La présidente de la Région Occitanie tire la sonnette d’alarme. Un an après la mise en place d'une convention TER entre la Région et la SNCF, le service ferroviaire dans la région reste de mauvaise qualité.

Seulement 85,8% de trains sont à l’heure en Occitanie alors que l’objectif avancé en 2018 était de 89%. La ponctualité s’avère particulièrement insuffisante sur les axes très fréquentés de la région : l’axe littoral et l’étoile toulousaine avec les lignes vers l’Ariège, Narbonne et Brive notamment.

Les voyageurs ne s’y trompent pas : l'enquête indépendante CSA commandée par la Région le confirme : le taux de satisfaction des voyageurs est de seulement 34,5% sur l’année.

Plus grave encore, le réseau ferré se trouve grandement dégradé :

“Si les travaux ne sont pas fait nous avons besoin d’un investissement massif, sans travaux, d’ici trois ans 40% du réseau sera dégradé”, alerte Carole Delga. A l’échéance 2028, près de 1,4 milliard d'euros sera nécessaire pour préserver le réseau, impossible pour la Région d’assumer seule cette dépense.

Un question d’autant plus urgente que le nombre d’usagers des trains régionaux en Occitanie n’a cessé de croître ces 15 dernières années, aujourd’hui ils sont 20 millions par an et ce chiffre croît d’environ 2% par an.

?id=H70lU6ukdkwqv1c6m850Sk8nwTgENGm0

Renverser la vapeur

Les résultats de la SNCF sont contraires aux voeux des habitants d’Occitanie puisque le train est pour eux (selon l’enquête CSA commandée par la Région) “un mode de transport d’avenir qu’il faut développer davantage pour 91% des usagers et 92% des habitants.”

De plus, pour 64% des habitants, la SNCF doit d'abord assurer une mission de service public et a un rôle important à jouer dans l'aménagement du territoire, avant d'assurer l'équilibre financier de son activité. Pour renverser la vapeur, Carole Delga propose une solution :

“Le réseau national est financé à 92% par les Régions, ça me dérangerait pas de le financer à 100% si cela permet de réaliser les travaux rapidements à coûts acceptables.”

Alors que la loi d’orientation des mobilités (LOM) arrive à l’Assemblée nationale la région a présenté des amendements allant dans ce sens. Une rencontre avec Elisabeth Borne, ministre des transports, est également prévue vendredi 17 mai. La Région va tenter de peser sur la politique nationale, son arme : “l’indignation”, explique Carole Delga, et les arguments de bon sens.

Durant cette rencontre le cas de la liaison de frêt Perpignan-Rungis sera également abordé. En effet la direction de la SNCF a annoncé que cette ligne était grandement menacée. “Un non sens écologique et économique avec plus de 20 000 camions sur les routes”, dénonce Carole Delga.

En attendant de nouveaux investissement de l’Etat, la Région proposera au mois de juin, la mise en place des nouveaux crédits permettant une intervention exceptionnelle à hauteur de 75 millions d'€, pour réaliser tout un ensemble de travaux d’urgence.

Augmenter le nombre de dessertes :

Des nouvelles dessertes ont en outre été annoncées par la Région :

● Création de liaisons Toulouse-Perpignan en train régional liO : 1ère étape fin 2018 avec 5 trains sans changement, portés à 14 (soit 7 allers-retours) par jour fin 2019, et autant avec correspondance à Narbonne, soit 28 liaisons par jour (14 allers-retours) ;

Amélioration des correspondances à la frontière espagnole avec la création de circulations entre Port Bou et Cerbère en février 2019 ;

Augmentation de la fréquence sur Lunel-Montpellier-Sète, avec 14 circulations nouvelles entre Sète et Montpellier et 11 entre Lunel et Montpellier à partir de fin 2019, permettant de passer à 4 trains régionaux par heure en heure de pointe (RER du littoral) ;

Augmentation de l’offre sur l’étoile ferroviaire toulousaine fin 2019 :

▪ Toulouse-Montauban/ Agen-Brive, 28 dessertes supplémentaires par jour

▪ 20 circulations supplémentaires par jour sur l’axe Toulouse-Tarbes-Pau

▪ Une offre en train régional liO sur l’étoile ferroviaire toulousaine de 4 trains par heure en heure de pointe sur Montauban - Toulouse, Muret - Toulouse, Colomiers-Arènes et St Sulpice Toulouse, utilisant au maximum la capacité des infrastructures

● Remise en service après 2020 des lignes identifiées comme prioritaires lors des EGRIM avec un objectif de 12 circulations par ligne.

Ecomnews - Adds