Ecomnews - Adds
CCI Occitanie : Quels sont les grands enjeux pour 2018 ?
Par Fiona Urbain publié le 19 JAN 2018 à 17:46
Alain Di Crescenzo, le Président de la CCI Occitanie, à l'occasion de ses voeux à Toulouse et à Montpellier, a expliqué quels sont les grands enjeux pour 2018 de la Chambre de Commerce et d’Industrie régionale mais aussi pour l'économie d'Occitanie. Interview exclusive !

La digitalisation des Chambres de Commerce

Une nouvelle plate-forme nationale, baptisée CCI Store proposera des services en ligne, 24h sur 24 basés sur les services usuels de la CCI régionale. « L’idée c’est que, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit on puisse créer son son entreprise, faire son business plan, rechercher des financements, etc… » explique Alain Di Crescenzo

L'Hérault et le Tarn, font partie des onze CCI françaises sélectionnées comme beta testeurs de l'outil depuis deux ans. Le CCI Store sera opérationnel le 26 janvier.

Priorité à l’apprentissage

Depuis le 1er janvier, le CFA de l’ex Languedoc-Roussillon a été étendu à toute l’Occitanie sous le nom CFA Sud Formation Occitanie. « Nous formerons plus de 6 000 apprentis cette année », a annoncé Alain DI Crescenzo.

« On a crée un nouveau CFA à Carcassonne. Un bâtiment de 3 700 m2, qui pourra accueillir 800 personnes dès la rentrée 2019. C’est un projet à 16,7 millions d’euros pour répondre à la demande de nos entreprises sur les métiers du numérique » a expliqué le Président

L’Occitanie fait partie des régions de France qui ont le plus progressé en matière de collecte de la taxe d’apprentissage : 60 millions d’euros en 2017, soit une hausse de 3%. « L’objectif serait de faire entre 5 et 10% de plus en 2018 ».

Le Président a terminé par un bémol : les ressources des CCI continuent à diminuer avec moins 20% des recettes fiscales. « Nous avions 78 millions de budget et nous allons passer à 62 millions. Nous allons devoir nous transformer et nous réorganiser en profondeur. Il faut qu’on trouve des solutions sachant qu’il y a un postulat, le social n’est jamais une variable d’ajustement. C’est pas comme ça qu’on voit les choses à la CCI et c’est pas comme ça qu’on agira ! » explique le Président.

La LGV

Enfin, Alain Di Crescenzo a insisté sur l’enjeu capital que représente la LGV Montpellier-Perpignan et Bordeaux-Toulouse : « S’il y a un point sur lequel on doit travailler et être tous d’accord, c’est le maillage du territoire en termes d’infrastructures de transports. Au nom de l’équité des territoires, et de la réalité économique il faut faire la LGV. Ce serait criminel pour l’emploi et les entreprises que l’Occitanie soit la dernière région de France sans LGV !»

Di-crescenzo-voeux-2

Ecomnews - Adds