Ecomnews - Adds
Le centre Afpa de Toulouse Balma, un centre "laboratoire" tourné vers la réussite professionnelle.
Par Rédaction publié le 03 MAI 2018 à 09:00
Avec 9 millions d'euros de chiffre d'affaires sur 60 millions d'euros en Occitanie, le centre Afpa de Balma a un rayonnement particulier en France. Centre "laboratoire", pédagogique et axé notamment sur le coeur de métier de l'aéronautique, son objectif pour les prochaines années est de tendre vers toujours plus d'efficience et d'innovation, avec un nouveau directeur à sa tête d’ici juin 2018, Christophe Schuller.

Situation géographique oblige, le centre de Balma-Toulouse Toulouse-Balma est le centre stratégique national de l’afpa - Agence Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes - pour la filière aéronautique (ce qui représente près de 30% de ses formations).

La proximité du géant "Airbus" joue grandement dans le développement de ce pôle d'activités. Pour preuve, de véritables avions sont les terrains de jeu et d’apprentissage des personnes en formation dans les locaux et ateliers de l'Afpa Balma.

Montage de cellule et aménagements de cabines, câblage spécifique aéronautique sont des exercices pratiques quotidiens ici… Les 16 000 mètres carré occupés par les formateurs et stagiaires font la part belle aux fuselages et à l'univers aéronautique.

?id=0Vp79DVWnhcjUYeNc5qbLACXvreLfjkZ

Aéronautique mais pas que…

Pour autant, il ne faudrait pas résumer le centre Afpa de Balma à cette unique dimension. Le dispositif des formations dans les métiers de l’industrie (plasturgie, maintenance industrielle, soudage…) permet par ailleurs d’entrer dans une nouvelle phase de développement. La mise en place de technologies nouvelles propulse cette filière au rang des créneaux les plus porteurs de l’industrie nationale.

En réponse aux besoins de qualification des entreprises du territoire, le centre de Toulouse Balma propose des formations dans les métiers porteurs de la maintenance industrielle, du tertiaire et du numérique. Les formations proposées vont du niveau V au niveau II.

Le digital et le numérique sont donc deux secteurs mis en avant par la direction et font clairement partie d’une stratégie tournée vers l’innovation.

Selon Alain Mahé, Directeur régional Afpa Occitanie, « les enjeux peuvent se résumer sur deux axes principaux, d’une part la qualité de service, la satisfaction des personnes formées (…) Il y a un devoir d’excellence à l’Afpa. A coté de la qualité, il y a l’innovation.

A l’avenir, il nous faut faire mieux et faire différent. Nous pouvons porter des innovations dans le domaine de la formation. C’est ici à Balma que doivent être expérimentées de nouvelles façons de former et de nouvelles façons d’aborder l’apprentissage, l’acquisition des compétences.

Avec l’avènement du digital et du numérique, de formidables possibilités sont ouvertes. C’est à Balma notamment que les nouveautés vont pouvoir se déployer. C’est un lieu important, emblématique, c’est un peu un navire amiral tourné vers l’avenir ».

?id=bKn0k42tCng0mJm1Px23MUjzJrbWNpnK

Selon Christophe Schuller, futur directeur du centre Afpa Balma, « Balma est un centre dit laboratoire. A l’échelle nationale, c’est aujourd’hui 20 centres stratégiques, des centres phares, qui innovent. Sur Balma, c’est bien évidemment le pôle aéronautique qui retient l’attention.

A ce titre-là, l’objectif de Balma, c’est de répondre aux besoins d’emplois des entreprises toulousaines. Si je devais résumer le centre afpa Balma Toulouse (que je vais véritablement intégré en juin) en quelques chiffres, je dirais que c’est 9 millions d’euros de Chiffre d’Affaires, 1700 personnes formées par an dont 650 salariés et 86 % de réussite de formation avec diplôme à la clé »

Plus largement, en Occitanie, ce sont 13 000 personnes qui sont formées au sein des 12 centres de formation (dont 8500 demandeurs d’emploi et 4500 salariés), l’Afpa Occitanie propose près de 300 formations dans les secteurs d’avenir et « métiers en tension », qui peinent à recruter du personnel qualifié, de l’industrie aéronautique et mécanique à la fibre optique, en passant par l’écoconstruction, le numérique, l’électronique ou encore la maintenance.

Ecomnews - Adds