Ecomnews - Adds
Toulouse : Comment le magasin de producteurs Minjat s'adapte au confinement ? Reportage
Par Charline Poullain publié le 24 NOV 2020 à 09:24
A Colomiers, le magasin de producteurs Minjat - qui veut dire manger en occitan - , avait été très réactif pendant le premier confinement, installant un drive du jour au lendemain. Cette fois, il passe aux livraisons. La clientèle salue cet approvisionnement en circuits courts et sa qualité, tandis que les producteurs trouvent là des commandes régulières.

L’esprit Minjat se dévoile dès l’entrée du magasin, sur la zone commerciale du Perget à Colomiers. Des paniers en osier sont suspendus pour inviter le consommateur à y glisser ses emplettes.

Une fois la porte passée, le rayon fruits et légumes se dévoile, haut en couleurs. Avec son lot de radis chinois, panais, choux-fleurs violets et autres légumes qui sortent des sentiers battus.

Puis vient la crèmerie, la boucherie-charcuterie, la fromagerie, l’épicerie sucrée-salée… Et même des plats cuisinés.

Sur les étals se trouvent les produits de 250 producteurs d’Occitanie. « On peut tout trouver pour se nourrir en local ! », dit Cyril Picot qui a fondé le lieu en septembre 2018 avec Anton Dmitriev et David Pagès. « Le but est de réunir tous les produits nécessaires pour nourrir une famille. »

Dans le fond, le panneau "cantine" attire l’œil. Il est possible de s’y restaurer à midi avec une formule entrée-plat-dessert cuisinée à partir des produits du magasin. Mais en ces temps de confinement, les usagers viennent surtout y récupérer leurs commandes.

?id=q6mAvBEnDr0NcjZymxzBqIl1mzRsHUmQ

Clic & collect

Déjà en mars dernier, l’enseigne avait été des plus réactives : en 48 heures, un tableau de commandes avait été mis en ligne, avec retrait le lendemain en drive-piéton. En deux heures, près d’une centaine de commandes avait afflué. « Toute l’équipe avait prêté main forte, ce qui a permis de ne mettre personne au chômage », se réjouit Eric Picot.

« Au deuxième confinement, on s’est équipé avec une plateforme en ligne fournie par un prestataire. » Il est toujours question d’un marché en ligne, avec retrait à J+1 à la "cahute Minjat" juste devant le magasin. Toutes commandes sont préparées en matinée, pour des passages échelonnés de 12h à 14h et de 16h à 19h.

Minjat va désormais plus loin que le clic & collect, avec des livraisons de paniers ou de plats cuisinés « jusque sur le lieu travail et le domicile ». « Notre modèle nous permet d’être agile et de réagir en temps de crise », analyse Laurie Soupa, chargée de marketing et communication.

?id=7U6jpIiARiwUOUkJqbuThxzpsdcfHCE3

Des revenus réguliers pour les producteurs

« Avant on travaillait avec des centrales d’achats, seulement les marges ne sont pas les mêmes. On faisait aussi les marchés, mais ils ont fermé pendant le premier confinement », rappelle Lucas Breseghello, du Gaec (groupement agricole d'exploitation en commun) de Merville en Haute-Garonne.

Cette exploitation familiale de maraîchage en culture raisonnée travaille avec Minjat depuis le début. « L’avantage de ces magasins c’est que les commandes sont sûres. Et puis c’est une vitrine, cela met en valeur les producteurs. »

« On adhère à la philosophie de Minjat, consommer d’avantage local », souligne pour sa part un père de famille de Colomiers venu récupérer des cagettes de denrées commandées sur Internet. Quant au prix plus élevé qu’en magasin traditionnel, Frédéric estime que cela dépend des rayons et ajoute : « Je m’y retrouve beaucoup au niveau de la qualité ! ».

Ecomnews - Adds