Ecomnews - Adds
Visionews : La Caisse d'Epargne Côte d'Azur s'emploie à sauver l'économie locale
Par Sanya Maignal publié le 08 AVR 2020 à 09:08
Avec la mise en place de deux dispositifs, la Caisse d'Epargne Côte d'Azur s'emploie à sauver l'économie locale et à répartir le plus vite possible, avec les séquelles les plus légères possibles le Prêt Garantie par l'Etat. Interview de François Codet, le Président du directoire de la Caisse d'Epargne Côte d'Azur.


Même avant les mesures du 16 mars, la direction de la Caisse d'Epargne Côte d'Azur s'est posée la question : comment soutenir l'économie régionale et faire en sorte de sauver le tissu économique de la Côte d'Azur, afin que l'économie ne soit pas détruite et qu'elle puisse, après la crise, redémarrer le plus rapidement possible.

Dès l'annonce des mesures gouvernementales, le mode de fonctionnement au sein du siège et des agences de la CECAZ a été adapté à la situation : nombre de collaborateurs sont en télétravail, d’autres continuent à exercer dans les agences – sur 145 agences seules 9 sont fermées – recevant la clientèle par téléphone ou sur place en rendez-vous.

Les échéances décalées

« Dès le début des mesures, nous avons d'office décalé de six mois les échéances des prêts d'un très grand nombre de clients entrepreneurs au sens large, explique François Codet, Président du Directoire de la Cecaz. Cela va alléger leur trésorerie. Une partie a été déjà faite mi-mars et une autre tout début avril. La moitié des prêts sont concernés pour le moment. »

?id=kMYMbsZrkzCH9F9teXCP4uuMgifgbHOn

Le prêt garanti par l’État

Mis en place par le gouvernement, le PGE permet un financement jusqu'à trois mois de chiffre d'affaires pour quasiment l'intégralité des entreprises saines de la région.

« Dès que nous avons eu les directives techniques, nous avons pu mettre rapidement tout en place, explique le Patron de la Cecaz. Même si la procédure est lourde (la création de nouveaux contrats, signatures à distance...), les premiers prêts ont été débloqués sur les comptes des clients en moins d'une semaine. »

Le dispositif administratif allégé à l'extrême, après l'accord de principe émis par le conseiller de clientèle, la demande se fait en ligne sur le site du groupe BPCE.

Il faut compter deux à trois jours entre l'accord et le déblocage : « On fait tout pour pouvoir traiter de très gros volumes en très peu de temps car la trésorerie est le sujet numéro 1 d'une entreprise quelle qu'elle soit sa taille, précise François Codet sans cacher sa fierté : Nous étions les premiers à avoir débloqué les premiers fonds, c'est important pour une banque régionale et coopérative. Fin mars nous avons traité 150 dossiers ! »

Pour certains clients, la perte ne sera pas uniquement de trois mois, dans ces cas-là l'accompagnement sera adapté et sur-mesure.

Auprès des particuliers

Le dispositif mis en place par l'État doit permettre à l'immense majorité de particuliers d'être à l'abri des difficultés économiques. Pourtant, il y aura des décalages de paiement de salaires, du chômage technique ou des prestations et pour ceux qui auront du mal à affronter les difficultés, la Cecaz met en place un prêt solidarité à un taux très bas.

?id=Hb4FWguGwJTnUu9vyImQ2xLhoTBgMrF4

L'après la crise

Si les cadres de la Cecaz sont dans l'urgence depuis le 16 mars (décalage des échéances, PGE, organisation des collaborateurs), ils commencent déjà à réfléchir sur la sortie de crise sans connaître ni la date ni les modalités.

L'activité touristique sur la Côte d'Azur est préoccupante et les conséquences seront fortes sur toute la saison, la Cecaz va travailler ses dispositifs pour accompagner au mieux le secteur.

La sortie risque d'être compliquée aussi sur la chaîne industrielle. « Nous allons faire tout pour être présent et le plus réactif possible », promet François Codet, Président du directoire de la Caisse d'épargne Côte d'Azur (groupe BPCE).

Ecomnews - Adds