Ecomnews - Adds
Toulon et son port font du tourisme une de ses priorités
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 05 DEC 2018 à 09:07
En 2019, Costa Croisières signera son retour à Toulon, après trois années d’interruption, en proposant 14 départs en tête de ligne pour des croisières en mode « slow ». C’est le Costa neoRiviera, habitué des quais varois, qui appareillera de juin à fin octobre 2019 vers les ports de Méditerranée occidentale pour un circuit de 12 jours.

Après trois ans d’interruption, Toulon redeviendra un port tête de ligne pour les croisières de la compagnie Costa en 2019. « Je suis très heureux que nous puissions accompagner un opérateur d’une telle envergure dans le développement d’une offre qui promeut le slow tourisme, la montée en gamme de l’économie touristique et le goût pour un art de vivre raffiné », a souligné le président de la CCI du Var Jacques Bianchi.

Dans la gare maritime située en cœur de ville, l’élu consulaire recevait le président de Costa France, venu annoncer le positionnement de 14 croisières en tête de ligne.

Des croisières, qui au cumul, ne devraient générer qu’un trafic de 7 000 passagers sur la saison, soit l’équivalent pratiquement d’un seul méga paquebot de la compagnie en escale.

Le parti pris de Costa étant d’offrir à sa clientèle un navire à taille humaine (1200 passagers) pour des escales qui s’étirent jusqu’à minuit permettant d’effectuer plusieurs activités en une journée.

Deux circuits distincts seront proposés : « Saveurs méditerranéennes » et « Découvrir la Méditerranée » dans des ports italiens et espagnols moins accessibles par les plus grandes unités.

?id=wmKZ5aoPU95qD19cxinzVePYMTrQMLwJ

Hausse en 2019 de 11% des passagers

En 2019, 84 escales sont programmées à Toulon et à la Seyne-sur-Mer (+28%) et 140 000 passagers (+11%) sont attendus. Une activité qui devrait générer 5,3 millions d'€ de retombées économiques pour le Var.

« Toulon représente une escale différente et se démarque des ports voisins. Nous allons de plus en plus vers des contenus culturels et Toulon déploie depuis plusieurs années une stratégie de différenciation claire », souligne Georges Azouze, président de Costa France.

« La destination va devenir plus attrayante dans les mois qui viennent pour les compagnies », annonce Jacques Bianchi avec nouvelle offre culturelle enrichie avec l’ouverture de la Fondation Carmignac à Porquerolles et la mise à niveau des infrastructures d’accueil à la fois pour les passagers et les paquebots.

Un nouveau quai et un parking

14 millions d’euros vont être investis par la CCI du Var dans la construction en 2019 d’un parking modulaire en sursol sur port de commerce. Outre les 350 places de stationnement public, ce bâtiment offrira au premier niveau une esplanade végétalisée sur son toit terrasse.

Puis vers fin 2022, début 2023, le quai de 400 mètres tant attendu entrera en service sur le site du Mourillon. La Marine Nationale devant céder au préalable 3,5 ha de terrain à Toulon Provence Méditerranée. Avec cet équipement, le port varois se met en capacité d’accueillir les plus grands navires. « Carnival a commandé six paquebots pour 6 milliards d'€.

Sur les quatre destinés à Costa Croisières, deux seront à propulsion GNL », a annoncé Georges Azouze.

430 millions d'€ de retombées économiques en région

Unis depuis deux ans, le French Riviera Cruise Club, le Club de la croisière Marseille-Provence et le Var Provence Cruise Club ont commandé une étude auprès de l’institut de sondage BVA. L’enquête menée en 2017 sera présentée début 2019.

Selon les premiers résultats, les retombées économiques de la croisière s’élèvent à 430 millions d'€ en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Par ailleurs 63% des croisiéristes interrogés ont l’intention de revenir dans les trois prochaines années dans les ports visités.

Légende photo : Georges Azouze, président de Costa Croisières France, a annoncé le 29 novembre le retour de la compagnie en tête de ligne au départ de Toulon pour 14 croisières en 2019. ©NBC

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER en direct de Toulon

Ecomnews - Adds