Ecomnews - Adds
Crédit Agricole d'Aquitaine : " Notre priorité est de soutenir au mieux l'activité économique "
Par Guillaume Ptak publié le 26 MARS 2020 à 08:38
A l'heure où l'activité économique subit de plein fouet l'impact du coronavirus, les banques sont mobilisées pour soutenir les entreprises et les particuliers. Entretien exclusif avec Olivier Constantin, directeur général du Crédit Agricole Aquitaine.

« Dans cette situation exceptionnelle, nous devons avoir beaucoup d'humilité. Nous avons des réunions de crise tous les jours, et nous tâchons de nous adapter au mieux à des circonstances qui évoluent sans cesse.

Nous avons la chance au Crédit Agricole de partir d'une situation saine : la nature de notre modèle et notre solidité financière nous confère une certaine sérénité au moment de prendre des décisions.

Aujourd'hui, notre priorité est évidemment la protection de nos collaborateurs et de nos clients: tous les jours, on apprend, on modifie, on réajuste.

La priorité est donnée au maintien d'un maximum d'agences ouvertes, en respectant évidemment les normes d'hygiène et de sécurité : rotation des équipes par huitaine, nettoyage régulière des locaux, et réception des clients un par un.

Je salue tous nos collaborateurs qui mettent un point d'honneur à servir nos clients en dépit des circonstances.

240 agences en Aquitaine

« Autre priorité essentielle : maintenir les services de base pour les particuliers, les professionnels et les entreprises, et les accompagner en essayant de décrypter ce qui est en train de se produire.

Avant tout, nous nous évertuons à maintenir nos services à disposition : les virements, les retraits espèces, les paiements, les encaissements, les déblocages de crédit...

Aujourd'hui, il n'y a pas eu de rupture. Nos 400 distributeurs automatiques sont opérationnels. Toutes nos équipes sont mobilisées. Nous avons réparti le travail entre nos équipes à distance, nos collaborateurs en réserve, le siège, nos agences, etc. »

?id=JjKbo4XoYZYMUI15hN8SLBgrn3LsdBxD

Automatisation des reports ou cas-par-cas ?

« Pour ce qui est de l'aide apportée aux entreprises et professionnels, notre dilemme ces derniers jours était le suivant : est-ce que l'on met en place des mesures automatiques, par exemple de report d'échéances, ou est-ce qu'on le fait au cas par cas ? La réponse n'est pas simple.

Il y a des entreprises qui se portent bien, et ne souhaitent pas décaler leurs échéances. A ce moment-là, je ne dois donc pas donner l'ordre à mes équipes d'automatiser les reports.

Mais aujourd'hui, l'hôtellerie, la restauration et le tourisme en général doivent assurément pouvoir bénéficier d'un processus automatique sauf avis contraire de leur part.

Il faut agir dans une logique de discernement, être capable de déterminer où il est possible de mettre en place l'automatisation, et où est-ce qu'il faut utiliser nos équipes à distance pour faire du cas par cas. »

Un temps de pause dans le remboursement des crédits

« Il est important de rappeler que, dans tous nos contrats de prêts, il existe un temps de pause activable, aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels.

Si vous êtes un particulier et que vous avez un crédit chez nous, vous pouvez l'actionner de vous-même : celui-ci vous permet de mettre en pause le remboursement pendant un maximum de 6 mois.

Initialement, il fallait avoir passé la première année de remboursement du crédit pour pouvoir actionner le dispositif, mais nous sommes en train de modifier notre mode opératoire afin qu'il ne soit plus nécessaire d'avoir passé ce délai pour en bénéficier.

Pour les entreprises, il existe deux sujets : nous pouvons décaler les échéances à la demande du client, en fonction de la nature de son activité. C'est lui qui avise en fonction de ses besoins, en se mettant en relation avec son conseiller.

Et nous pouvons également mettre en place des nouveaux crédits de trésorerie à court-terme, qui peuvent être remboursés rapidement, ou amortis sur une durée pouvant aller jusqu'à 5 ans. Ces nouvelles dispositions, garanties par l’État jusqu'à 90% sont en train d'être mises en place via le relais de la Banque Publique d’Investissement (BPI), qui va faire office de coordinateur. »

Suppression des pénalités et coûts des reports d'échéance

« Autre mesure importante : nous avons aussi décidé de supprimer les pénalités et les coûts additionnels des reports d'échéance et de crédit des clients. En substance, nous ne refacturons pas la main d’œuvre de nos collaborateurs.

Enfin, pour permettre aux entreprises de faire face à cette crise, nous avons mis en place une procédure accélérée d'accord de crédit en moins de 5 jours pour les situations les plus urgentes. Ces mesures nous paraissent essentielles pour jouer notre rôle et soutenir au mieux l'activité économique. »

Ecomnews - Adds