Ecomnews - Adds
En direct de Marseille: Le charbon met le feu aux poudres sur les quais du Port avec des actions coup de poing
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 20 JAN 2022 à 09:58
Au moment où le gouvernement prépare un décret qui devrait être publié fin janvier pour augmenter la production des deux centrales à charbon encore en sursis en France à Cordemais et Saint-Avold, les salariés et anciens salariés de la Centrale de Provence, à Gardanne, dénoncent une situation qui s’enlise. Ils réclament des engagements à l’État pour garantir la pérennité sur site et des emplois. Directement impactés par cette décision, les dockers de Marseille-Fos ont décidé des actions coup de poing le 26 janvier avec l’appui de la Fédération des ports et docks. 

Electricité : le charbon ravive la tension sur les quais français

Fusées de détresse, braseros dégageant d’épaisses fumées noires et déploiement de larges banderoles sur la digue du Large dans les bassins Est face au centre commercial des Terrasses du Port…

La CGT donne le ton, ce 19 janvier, pour alerter l’opinion publique sur une situation qualifiée de « scandaleuse » et annone un mouvement de grève sur le port de Marseille-Fos la semaine prochaine dans le cadre de trois journées d’actions les 25, 26 et 27 janvier.

?id=BZ9Zv6azsjUy1hxMxCNiqZVxeiAmHI1G

24 heures d’arrêt de travail dans les bassins Ouest, 4 h dans les bassins Est et une heure dans tous les ports français relayant le mot d’ordre de la Fédération Nationale des Ports et Docks le janvier.

Si les dockers s’émeuvent de la situation sociale sur Gardanne, c’est qu’ils sont eux aussi directement impactés par la décision du président Macron il y a trois ans d’arrêter le charbon et des engagements en termes de relais de croissance non encore tenus affirment les leaders syndicaux.

« Nous avons perdu 700 000 tonnes de charbon importées par an en darse 1. Les ministères de l’économie et de la transition énergétique s’étaient engagés à mettre en place un accompagnement social des travailleurs, à trouver des relais de croissance et maintenir la pérennité du site. Marseille a perdu le charbon, la bauxite et nous attendons la biomasse », souligne Christophe Claret, nouveau secrétaire général CGT des ouvriers dockers du Golfe de Fos.

?id=R5pU9SPEbdUPgIANvlztbf9ci0d9p1q3

Perte de 100 à 150 emplois équivalent temps plein à Fos

Une partie des unités de la centrale a été convertie à la biomasse mais le redémarrage n’a pas eu lieu. « GazelEnergie prétexte que la CGT refuse de redémarrer or c’est faux », affirme Christophe Claret. Sur les 800 000 tonnes de biomasse annoncées par an, la moitié est constituée d’approvisionnements en bois locaux, l’autre moitié étant importée par voie maritime des pays de l’Est.

Ainsi, les dockers de Fos dénoncent la perte de 100 à 150 emplois équivalent temps plein à Fos. Du côté des salariés de la Centrale, c’est l’inquiétude devant l’immobilisme des Pouvoirs publics.

« Depuis août dernier, 45 salariés de la centrale ont été licenciés. Nous avons travaillé à un projet industriel pour pérenniser Gardanne avec un projet de pyrogazéification. Si tous les projets sont bons personne ne s’est engagé. Nous avons besoin d’actes concrets », a expliqué Nicolas Casoni, secrétaire général de la CGT de la Centrale de Gardanne.

Et le syndicat majoritaire sur les quais de dénoncer le paradoxe aujourd’hui avec le projet de décret du gouvernement qui doit être publié fin janvier pour augmenter la production des deux Centrales thermiques qui tournent encore au charbon (Gazel Energie Emile Huchet à Carling) et Cordemais en Loire-Atlantique pour répondre aux pics de consommation en France.

La CGT annonce également un rassemblement devant la centrale le 25 janvier et une journée d’action interprofessionnelle et intersyndicale le 27 janvier à l’appel de l’Union départementale CGT des Bouches-du-Rhône.

Ecomnews - Adds