Ecomnews - Adds
Elections Régionales : Renaud Muselier refuse d’être « l'otage de la politique nationale »
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 14 MAI 2021 à 21:40
Renaud Muselier a présenté, ce 14 mai à Marseille, sa liste aux élections régionales qui se tiendront les 20 et 27 juin prochains. Pas de ministres, ni de députés, le président sortant du Conseil régional Sud, joue la carte de la proximité avec, à ses côtés, les têtes de listes départementales, des maires et présidents de métropoles. Sans Sophie Cluzel mais avec Sophie Joissains, Christian Estrosi et Hubert Falco qui se sont dits attristés de se présenter sans étiquette. 

En direct de Marseille :

« L’hystérie du moment montre qu’on a besoin de liberté face aux appareils politiques nationaux et leurs réflexes sectaires », a martelé Renaud Muselier, ce 14 mai, à la Joliette à Marseille.

En s’affranchissant des décisions prises à Paris pour cette campagne, le président sortant de la Région Sud joue la décentralisation politique, mise sur des hommes et des femmes du cru et ce, quoiqu’il en coûte.

« Je n’ai jamais trahi personne », répond-t-il à ses détracteurs de la capitale. « Ni tambouille, ni bouillabaisse », juste des candidats locaux avec ou sans étiquette derrière Renaud Muselier.

S’il divise à Paris, il rassemble localement une équipe emmenée par les tenors de la droite.

« Depuis deux semaines, ceux qui veulent faire des élections régionales un marchepied vers la présidentielle ont confisqué le débat public en Provence-Alpes-Côte d’Azur. On veut faire de nous des rats de laboratoire, de recompositions politiques, on veut faire de nous les otages de la politique nationale, dénonce Renaud Muselier, président des Régions de France. J’ai toujours affirmé que le rassemblement serait la base de la construction de ma liste sans accord d’appareils mais en additionnant les compétences ».

À ses côtés sur la liste, l’ancien président du Conseil régional Provence Alpes Côte d'Azur, Christian Estrosi, qui en 2015 lui avait passé la main pour se concentrer à plein temps à son mandat de maire de Nice, Sophie Joissains (UDI), adjointe au maire d’Aix-en-Provence ou encore Hubert Falco. Dernier sur la liste du Var, le maire de Toulon, a été le premier à monter au créneau dans une virulente diatribe contre les élus d’autres régions.

« On nous parle de LR, parlez-nous de région ! Voilà ce que nous allons dire sur les marchés ! », s’emporte le président de Toulon Provence Méditerranée. Il s’est également entouré de David Ghehant (LR), jeune maire de Forcalquier, dans le Var, et fait appel à François de Canson.

?id=yg0VBPDxiWz5lZOQNzvb4mQddEGHIPI5

Renaud Muselier a dévoilé ce 14 mai à Marseille sa liste de candidats aux prochaines élections régionales des 20 et 27 juin prochains. Une liste composée d’élus locaux, maires, de représentants du monde économique, de la santé, du sport.

Le maire LR de La Londe, faisait déjà partie de son équipe tout comme Bénédicte Martin, élue du Vaucluse, Conseillère régionale, Caroline Pozmentier et Jennifer Salles-Barbosa.

Parmi les têtes d’affiches locales Alain Gargani, président de la CPME Sud PACA, la productrice de films Sabrina Roubache. Également sur la liste Hervé Liberman qui vient de prendre la présidence de la Commission régionale du Sport, créée la semaine dernière.

La veille de cette conférence de presse signant le coup d’envoi de la campagne électorale, la secrétaire d’État Sophie Cluzel, chef de file de la LREM en Provence Alpes Côte d’Azur n’a finalement pas déposé de liste au titre de la majorité présidentielle. Reste à savoir si cette liste locale suffira à barrer la route à Thierry Mariani du Rassemblement National donné favori au premier et au second tour.

Ecomnews - Adds