Ecomnews - Adds
Marseille : L'Agefiph et le Pôle Services à la personne veulent développer l'emploi des personnes en situation de handicap
Par nicolas francois publié le 05 DEC 2019 à 08:39
Le Pôle Services à la personne vient de signer une convention cadre pluriannuelle avec l’Agefiph. Objectif : engager une dynamique et des actions concrètes sur le handicap au sein des structures adhérentes du Pôle.

C’est dans le cadre intimiste de la Fabulerie à Marseille que vient d’être signée une convention entre l’Agefiph Provence Alpes Côte d'Azur et Corse et le Pôle Services à la personne.

Une convention qui résulte d’un travail mené conjointement par les deux structures en 2018 et dont l’objectif était triple : faire un état des lieux du passif et de l’actif de l’organisation sur la thématique du handicap, engager une dynamique sur le handicap au sein du Pôle et de ses structures adhérentes, éclairer le Pôle sur les actions à mener dans le cadre de la mise en place d’un plan pluriannuel d’actions.

« De ce diagnostic on retient que si les obligations des employeurs sont respectées, le handicap est rarement perçu comme un sujet prioritaire, explique Patrick Agati, Président du Pôle Services à la personne. C’est pourquoi nous avons sollicité l’Agefiph pour faire un état des lieux de la situation auprès de nos 67 entreprises adhérentes vis-à-vis de l’emploi des travailleurs handicapés, de leurs besoins et des enjeux afin d’initier un projet en réponse aux attentes des adhérents. »

En Provence Alpes Côte d'Azur, le secteur des services à la personne représente 27 600 organismes prestataires qui emploient 421 000 personnes. Au sein du Pôle Services à la personne, 97 % des établissements atteignent les 6 % de travailleurs handicapés dans leurs effectifs.

« C’est un bon taux en comparaison de la moyenne nationale qui plafonne à 3,5 % souligne Patricia Marenco, Déléguée régionale de l’Agefiph. »

?id=RyPtDS1cWzpnYEgVtFaiBnxZvz981jwP

Pour autant, le secteur des services à la personne au sein du Pôle souffre d’un nombre important d’inaptitudes prononcées. Les conditions de travail des intervenants à domicile permettent rarement des aménagements de poste et la mise en œuvre de solutions compensatoires au handicap.

« Avec cette convention, l’idée est d’apporter une réponse renforcée et un accompagnement direct aux besoins des entreprises adhérentes », précise la Déléguée régionale de l’Agefiph.

« Au-delà du secteur des services à la personne, le handicap représente un véritable enjeu de société, conclut Patricia Marenco. L’amélioration de l’insertion professionnelle des personnes handicapées passe par ce type de convention qui permet de faire connaitre les dispositifs et les aides dont peuvent bénéficier les entreprises. »

Ecomnews - Adds