Ecomnews - Adds
Investissements étrangers : Quel est l’impact de la crise sanitaire sur le secteur aéronautique en Occitanie ?
Par Noémie Bouisset publié le 17 JUIN 2021 à 09:28
Le baromètre annuel d’EY, publié le 7 juin 2021, révèlent le recul de 31 % des investissements étrangers en Occitanie, principalement du au suspens de l’activité du secteur aéronautique lié à la crise sanitaire.



En France, le secteur aéronautique a souffert d’une baisse d’activité de plus de 28 % en 2020. Selon un bilan du Groupement des industries françaises de l’aéronautique, la filière a perdu 23,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020 par rapport à 2019.

L’Occitanie est la capitale européenne de l’aéronautique et a subi de plein fouet cette baisse d’activité. En 2016, la filière représentait 60,4 milliards d’euros dans la région, avec 800 entreprises et 86 000 emplois directs dans l’aéronautique et le spatial, selon la CCI Occitanie.

À cause des mesures sanitaires mises en place dans le cadre de la pandémie de coronavirus, telles que l’arrêt des vols et la baisse considérable d’activité pour les aéroports, la suspension du secteur aéronautique a eu d’importantes répercussions sur l’économie régionale.

Les investissements étrangers ont même reculé de 31 % dans la région, selon l’étude annuelle d’EY menée auprès de dirigeants internationaux.

Malgré tout, l’Occitanie se rattrape grâce aux secteurs des services aux entreprises, de la production et de la recherche et développement, qui attirent respectivement 24, 22 et 14 projets d’investissements, soit 74 au total en 2020. En 2019, 107 décisions d’investissement avaient été concrétisées dans la région, selon EY.

L’Occitanie représente 7 % des projets captés sur l’ensemble du territoire. Elle atteint la cinquième place des régions les plus attractives en France, derrière l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, les Hauts-de-France et le Grand Est.

Malgré l’impact de la baisse d’activité du secteur aéronautique, la région reste prometteuse, notamment en termes de mobilités décarbonées. Il faut rappeler les projets d’avion à hydrogène, zéro émission, d’Airbus qui, une fois l’activité relancée, pourra attirer de nouveaux investissements.

Selon le baromètre d’EY, 14 % des investisseurs sondés annoncent avoir reporté leur projet d’investissement et 44 % envisagent de les réduire. Un retour à la normale est anticipé pour mi-2022. La France reste le premier pays en termes d’investissements étrangers en Europe, ce qui donne de bonnes chances à la filière aéronautique, notamment dans sa capitale européenne l’Occitanie, de se relancer.

Sources : CCI Occitanie, Insee, EY, Gifas

Ecomnews - Adds