Ecomnews - Adds
A Junas, village du Gard, la démocratie est en rayon à l’épicerie
Par Charline Poullain publié le 18 AOÛT 2021 à 09:13
Junas, petit village du Gard comptant 1200 habitants, a une épicerie ouverte toute la semaine. Le Comptoir Junasol est né de la volonté des habitants. Ils voulaient un commerce différent où ils pourraient trouver des produits locaux. Aussi ils ont choisi de monter une société coopérative d’intérêt collectif. Au Comptoir Junasol, la démocratie participative est en action dans les rayons.

Dans les jolies ruelles de Junas, entre les maisons aux façades de pierre claire, une grande porte attire l’œil. Là, sous la charpente, des étagères sont garnies de conserves, pâtes, confitures, petits gâteaux, jus de fruits, vins de pays, produits d’entretien...

Sans oublier des laitages dans une partie réfrigérée. À bien y regarder, la majorité des articles sont produits localement, telles les denrées en vrac et les légumes bio ou issus de l’agriculture raisonnée. « Bienvenue au comptoir Junasol », indique un panneau.

« C’est un commerce un peu différent des autres », prévient Denis Maurel, le responsable du magasin. Après son école de commerce, il a opté pour ce format. « Ici, on met en avant des produits locaux. »

Pour autant, des produits de grande consommation ont leur place dans les rayons. C’est sur ces derniers que s’appliquent en général la marge la plus importante, pas sur les articles issus de circuits courts.

?id=vcxgon4F9itVY12TZNqy7FNuLQ3ufp6b

« On part des besoins des gens »

« On ne part pas d’une offre mais plutôt des besoins et demandes des gens. » Et il en sera ainsi tant que les sociétaires seront d’accort sur le principe.

Car le Comptoir Junasol est une SCIC, une société coopérative d’intérêt collectif. L’idée maîtresse est la démocratie participative. Privée et d'intérêt public, les Scic ont cela de particulier qu’elles associent des personnes physiques ou morales autour d’un projet d’utilité sociale, favorisant le développement local.

L’idée a germé il y a une dizaine d’années à l’annonce de la fermeture du commerce du village. Damery Prache, déjà investi dans de nombreuses associations locales, a réuni une dizaine de personnes « des amis mais aussi des opposants au projet… On a travaillé ensemble en intelligence collective ».

La méthode fait ses preuves, le Comptoir Junasol est créé en 2018 avec 110 sociétaires, qui mettent chacun 50€ au pot (une mise qui peut toujours être reprise). Ils sont 254 actuellement.

Le mode de fonctionnement est expliqué en ligne sur le site du Comptoir Junasol : « Toute décision importante est soumise à l’ensemble des sociétaires et les décisions sont prises au consentement autant que faire se peut et à la majorité des deux tiers si nécessaire ».

Les autres décisions sont laissées à l’appréciation du conseil de gouvernance, lequel est « composé du (ou des) salarié(s), du président et de 10 sociétaires tirés au sort (consentants) et renouvelés par moitié chaque année ».

Agrandissement

Ainsi Junas, village de 1 200 habitants, a son épicerie, ouverte du lundi au samedi. Pain et caissette de viande bio y sont disponibles sur commande. Une fois par semaine, un habitant propose des plats cuisinés et une autre met en rayon ses conserves aux saveurs indiennes. Le Comptoir a même lancé des paniers hebdomadaires pour les coopérateurs. Et pendant le confinement, des livraisons à domicile ont été réalisées pour les personnes fragiles.

L’équipe pourrait s’étoffer avec un deuxième salarié. « Et on est en train de récupérer une pièce de 50m2 derrière le commerce », annonce Damery Prache. Il y voit déjà « des formations comme dans un fablab, avec un ordinateur en libre service et un autre en service assisté, des projections de films suivis de débat, des ateliers confiture… Tout ce dont les gens auront besoin ».

Ecomnews - Adds