Ecomnews - Adds
Comment l’Europe soutient les entreprises ? Exemple avec Medincell
Par Fiona Urbain publié le 20 JUIL 2018 à 14:52
Nathalie Loiseau, Ministre chargée des Affaires européennes, s’est rendue à Montpellier jeudi 19 juillet. Elle y a visité l’entreprise Medincell qui a bénéficié d’un financement de 20 millions d’euros de la Banque Européenne d’Investissement. Reportage et interview exclusive de la Ministre chargée des Affaires européennes !

Le médicament du futur

Créée en 2002 et basée à Jacou, l’entreprise MedinCell invente le médicament de demain. Elle a développé "BEPO" : une technologie à base de polymères biodégradables qui permet d’injecter un principe actif directement sous la peau avec une seringue. Une fois injecté, le liquide s’épaissit pour former un petit dépôt sous-cutané qui retient le principe actif.

En fonction des objectifs thérapeutiques, le dépôt se biodégrade complètement en quelques jours, quelques semaines ou plusieurs mois, libérant le principe actif dans l’organisme en flux continu et maîtrisé. Principal avantage pour le patient : plus besoin de penser à prendre ses cachets et des effets secondaires limités.

Le premier produit sera commercialisé dès 2020-2021 aux Etats-Unis pour le traitement de la schizophrénie.

?id=QIsHBzCv3JNbIRjoMqxWedzyZkxmIOFc

20 millions d'euros de la BEI

Dans le cadre du "Plan Juncker", un plan d'investissement lancé en 2015 pour soutenir les entreprises européennes innovantes Medincell a obtenu un financement de 20 millions d’euros accordé par la Banque européenne d'investissement (BEI).

« C’est emblématique de ce que fait l’Union Européenne au travers du plan Juncker pour soutenir l’investissement et l’innovation, nous souhaitons que ces entreprises puissent continuer à se développer en restant européennes avec du capital européen » a assuré Nathalie Loiseau, Ministre chargée des Affaires européennes.

« La Banque européenne a reconnu la compétence de notre équipe, le potentiel de notre technologie et l'efficacité de notre modèle d'entreprise visant à avoir un réel impact sur la santé dans le monde. Ce financement va permettre d'élargir notre portefeuille de produits pour qu'à terme un maximum de patients bénéficient des avantages des traitements injectables à action prolongée » a expliqué Christophe Douat, le Pdg de Medincell.

L’entreprise veut apporter des solutions, pas uniquement dans les pays développés, mais aussi dans les pays émergents, et dans des projets à vocation humanitaire. Elle travaille notamment avec la fondation Bill et Melinda Gates sur des systèmes de contraception longue action.

Medincell emploie 120 personnes d’une trentaine de nationalités. « Ca a été une volonté de faire rentrer dans la société des gens d’horizons différents, pour devenir un vrai melting pot et bénéficier d’apports culturels internationaux. »

?id=m8Pkm4GCmxEjMZx0IMtboV6Ueaqd5OxB

La France, première bénéficiaire du plan Juncker

Le plan Juncker vise à relancer l'industrie en Europe en garantissant aux investisseurs une plus grande sécurité sur des projets jugés financièrement risqués.

En trois ans, il a mobilisé, via la Banque européenne d'investissement 335 milliards d’euros, soit plus que l'objectif de 315 milliards. Il a permis d'accroître le PIB européen de 0,6 %.

144 projets français ont été sélectionnés, mobilisant 10 milliards d’euros de prêts de la BEI et 50 milliards d'euros d’investissements additionnels. Trois secteurs ont été privilégiés : la transition énergétique (32%), l’innovation (32%) et le numérique (15%).

Le Conseil européen et le Parlement européen ont convenu de prolonger la durée du plan et d'accroître sa capacité pour atteindre 500 milliards d'euros d'ici à la fin de 2020.

?id=YpoLicxhclE6ibZQ3ouMsiIRZtRuMGZq

Ecomnews - Adds