Ecomnews - Adds
Montpellier veut devenir « Capitale French Tech »
Par Fiona Urbain publié le 30 JAN 2019 à 18:38
Le 29 janvier à Cap Omega, Frédéric Salles (Matooma) et Philippe Nahoum (Choosit), tous deux entrepreneurs engagés dans la démarche French Tech ont présenté le nouvel appel à candidature pour la labellisation de Montpellier en « Capitale French Tech ». Reportage et interviews pour un enjeu crucial pour la Métropole.

En octobre dernier, Mounir Mahjoubi, le Secrétaire d’Etat au Numérique a présenté un nouveau cahier des charges pour la French Tech, qui impose la création de "Communautés" et de "Capitales" French Tech.

Celles-ci devront remplacer les Métropoles et être portées par les entreprises et start-up de l’écosystème.

Alors qu’à Montpellier, contrairement à d’autres villes, le label French Tech était porté par la Métropole, les entrepreneurs s’organisent désormais en association pour porter la candidature pour la labellisation en « Capitale French Tech ».

Un territoire élargi

Frédéric Salles et Philippe Nahoum ont ainsi présenté aux entrepreneurs la feuille de route qui a pour ambition « d’accompagner les champions de demain ».

Ensemble, ils ont pris « leur bâton de pèlerin » pour fédérer les start-up, PME, PMI, collectivités et grands comptes d’un territoire à cheval sur l’Hérault, le Gard et l’Aveyron (Millau, Béziers, Sète, Pays de l’Or, Pic Saint-Loup, Nîmes, Alès et Montpellier).

?id=jVSgtnlI9yrUB6ymDKfXSpxZB09SA23X

Les 5 priorités sont :

  • Permettre aux start-up d’accéder plus facilement à des financements plus importants
  • Favoriser l’internationalisation plus rapide des start-up
  • Permettre aux start-up d’accéder à des talents nationaux et internationaux
  • Renforcer le lien entre start-up et monde académique
  • Tech for Good pour des innovations qui répondent aux enjeux sociétaux

Pour la candidature, l’association a besoin de 100 lettres de soutien de start-up et d'acteurs de l’accompagnement sur le territoire. Les dossiers doivent être déposés d’ici le 11 février.

En 4 ans de labellisation, 42 entreprises ont obtenu le Pass French Tech, ce qui fait de Montpellier la première Métropole régionale juste après Paris. Les start-up ont levé plus de 350 millions d'euros de fonds. 7 réseaux thématiques (sur 9) ont été obtenus pour la French Tech Montpellier.

La French Tech Montpellier a un impact positif pour le développement des entreprises et la création d’emploi sur le territoire avec un taux de chômage en baisse constante à 12,2% depuis 2014 malgré une croissance démographique toujours aussi forte (+ 8 000 habitants par an)

?id=gU5XjSLdBXqUz6VUC8Jg3PMWMfnHTD6a

Ecomnews - Adds