Ecomnews - Adds
Provence-Alpes-Côte d'Azur : L’emploi a résisté au 2e confinement mais peine à regagner son niveau d’avant-crise
Par Redaction publié le 23 AVR 2021 à 10:38
Au cours du quatrième trimestre 2020, l’emploi a ralenti mais résisté en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les territoires qui dépendent du tourisme hivernal sont les plus marqués.

Globalement au 4e trimestre 2020, l’emploi a progressé de 0,3 % en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, contre – 0,1% en France hors Mayotte, selon une étude de l’INSEE. Sur un an, la baisse est limitée à -0,8 %, soit 15 900 emplois en moins dans la région. L’emploi n’atteint pas son niveau d’avant-crise mais il rejoint celui du premier trimestre 2019.

Les restrictions sanitaires mises en place lors du deuxième confinement ont surtout affecté le secteur de l’hébergement-restauration (-3,3 %) et les activités de service dont les arts, spectacles et activités récréatives (-2 %).

Ce premier atteint une baisse de -12,1 %, soit – 14 300 emplois, sur un an. Pour cause, le déclin de la fréquentation touristique due à la fermeture des remontées mécaniques. La reprise des effectifs entamée depuis le printemps 2020 se poursuit tout de même dans le secteur de l’hébergement. Le niveau d’emploi est inférieur de 1,4 % par rapport au 4e trimestre 2019, soit environ 700 emplois de moins qu’avant crise. Une baisse limitée comparée aux 22 000 emplois intérimaires perdus lors du premier confinement.

Les autres secteurs résistent et certains progressent malgré le 2e confinement

Le tertiaire marchand (hors intérim) perd près de 23 000 emplois sur un an en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les secteurs du commerce (+0,1 %) et du transport-entreposage (+1,4 %), eux, résistent. Seuls ce dernier et les activités immobilières ont retrouvé leur niveau d’avant-crise.

L’INSEE note un léger recul de l’industrie (-0,2 %) lors du 4e trimestre. Sur l’année 2020, la baisse est deux fois moindre dans la région qu’en France (-0,9 % contre -1,8 %).

Certains secteurs progressent tout de même, dont la construction (0,5 % au 4e trimestre), qui compte 2 800 créations nettes d’emplois sur l’année. Davantage qu’au niveau national (+2,6 % contre + 2,2 %). Le secteur non marchand est aussi en hausse de 1 % sur un an, la plus forte progression depuis 2016.

?id=o1i0jr39wuf2n0o04KwcTRWlOCR5uOPn

Les départements les plus touchés par le 2e confinement

Au niveau départemental, le département des Hautes-Alpes est particulièrement touché avec une baisse de -4,4 %, soit 2 200 emplois en moins au 4e trimestre. L’interim fait tout de même un rebond avec + 13,9 % lors du 4e trimestre 2020, mais le volume d’emplois concerné ne compense pas la baisse des autres secteurs.

L’emploi est stable dans les Alpes-de-Haute-Provence et progresse dans tous les autres départements : +0,3 % dans les Bouches-du-Rhône, +0,4 % dans les Alpes-Maritimes et +0,7 % dans le Var et en Vaucluse.

Sur l’année, les Hautes-Alpes est le département le plus marqué par la crise, avec une baisse massive de l’emploi : -6,8 %. par rapport au 4e trimestre 2019. Suivent les Alpes-Maritimes (-2,0 %) et les Alpes-de-Haute-Provence (-1,3 %).

Le taux de chômage diminue au cours du 4e trimestre 2020 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le taux de chômage était de 8,9 % en fin 2020 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’étude note une diminution au cours du 4e trimestre du même ordre qu’au niveau national (-1,4 point contre – 1,1 point). Au niveau régional, il est quasiment stable sur l’année (-0,2 point). Cette baisse est accompagnée d’une progression du halo du chômage et du sous-emploi, comme au niveau national.

Au 4e trimestre, le nombre de demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi en catégories A,B et C recule de 2,4 % par rapport au 3e trimestre en Provence-Alpes-Côte d'Azur. La baisse se reflète dans tous les départements sauf dans les Hautes-Alpes (+1,3 %).

Au total, la région compte 17 300 inscrits de plus qu’un an plus tôt. Une hausse plus faible qu’au niveau national.

Globalement en Europe en 2020, la crise sanitaire a également particulièrement touché les secteurs du commerce, des transports et de l’hébergement-restauration. Le maintien des restrictions sanitaires (confinements et couvre-feux) en 2021 pourrait générer une nouvelle baisse de l’activité dans les pays les plus touchés.

Noémie Bouisset

Source : INSEE

Ecomnews - Adds