Ecomnews - Adds
Une première mondiale : Des déchets plastiques transformés en carburant dans les Alpes-Maritimes
Par Sanya Maignal publié le 21 JUIL 2020 à 09:29
L'association azuréenne EarthWake présente le premier projet mondial de recyclage de déchets plastiques permettant de faire rouler les camions de collecte d'ordures ménagères. Soutenue par le Département des Alpes-Maritimes, l'association fondée et présidée par l'acteur engagé Samuel Le Bihan a développé une économie autonome et circulaire.

Bouteilles de lait, de produits d'hygiène et de beauté, de produits ménagers, bouchons en plastique, sacs-poubelles, cabas usagés de supermarché, récipients alimentaires réutilisables et autres gourdes sont désormais au service de l'éveil de la Terre.

Ces déchets plastiques peuvent être transformés en carburant grâce à Chrysalis, la première machine au monde permettant de recycler les déchets plastiques en source d'énergie.

Imaginée et fabriquée par Christofer Costes à La Croix-sur-Roudoule dans les Alpes-Maritimes, Chrysalis fonctionne à Puget-Théniers pour le compte de la Communauté de communes en produisant du diesel pour les bennes à ordures.

?id=ztCZcwJLSrexyzV0I8qHxAAW0fv9y3JS

L'alchimie de la pyrolyse pour une planète plus propre

"Le plastique qui devient le carburant ce n'est pas de l'alchimie mais de la pyrolyse explique l'inventeur : on chauffe des déchets plastiques en absence d'oxygène à 450° ce qui casse les déchets plastiques et la longue chaîne se dépolymérise redevenant des molécules d'hydrocarbure. Le carburant obtenu de cette façon est conforme aux normes européennes."

"Aujourd'hui avec les déchets plastiques que nous fournissent les bennes, nous fabriquons le carburant que ces mêmes bennes viennent chercher avant leur départ en tournée", ajoute le Président d'EarthWake.

Ce projet est le résultat de la volonté de lutter contre les déchets plastiques et pour l'assainissement de l'environnement.

Un rêve, une ambition de Samuel le Bihan. Cette machine et ce procédé permettraient la production de l'électricité dans les pays émergents qui ont une grande quantité de déchets et ne sont pas en mesure de recycler.

"L'électricité c'est le développement économique, l'accès aux savoirs", explique l'acteur engagé dans la protection de la planète depuis des années. Celui-ci envisage même d'envoyer prochainement une machine au Sénégal au profit d'une association de femmes qui recyclent le plastique.

"La solution de l'écologie sera forcément économique, estime Samuel le Bihan, cette première mondiale est rentable car le coût de la machine est assez faible avec une efficacité maximum. "

?id=1igtQZnuUEJ1kQqe0yy20VKnB5JGcGfs

La Chrysalis soutenue par le Département

Charles-Ange Ginesy se félicite : via le green deal, le Conseil départemental a soutenu ce projet à la hauteur de 110 000 €. 50 000€ dans la première phase pour soutenir la construction de la machine et ensuite dans un deuxième temps avec 60 000€ pour le stockage du produit et les pompes.

"Aujourd'hui, après vous avoir vu la machine produire du fuel, on assiste à l'utilisation de ce même fuel par les camions qui ramassent les ordures ménagères sur les 34 communes de la Communauté des communes Alpes d'Azur", précise fièrement le Président à la fois du Conseil départemental et de la CCAA.

Si pour le moment le procédé vit sur cette partie des Alpes Maritimes, bientôt le projet aura une ampleur beaucoup plus importante.

"A terme ce carburant sera utilisé pour les flottes dites captive, sur des chantiers ou encore pour des véhicules qui fonctionnent en circuit fermé" explique François Danel, Directeur général de l'association EarthWake.

Le rêve devient la réalité. Avec 40 kg de déchets plastiques on produit 40 litres de carburant dont 30 à 35 litres d'un hydrocarbure composé à 65% de gasoil, 18 % d'essence, 10 % de gaz, 7 % de charbon c'est-à-dire un carburant qui peut faire fonctionner des groupes électrogènes ou des moteurs de bateaux ou de tracteurs.

?id=XVYXKvPfgNFPnA7JfJuJUUnLkTDc9mlp

Ecomnews - Adds