Ecomnews - Adds
Recherche contre le cancer : La Région Nouvelle-Aquitaine mobilise un million d'euros pour la création d'un nouveau réseau régional
Par Denys Bédarride publié le 29 NOV 2018 à 09:05
Réuni en Commission permanente le 16 novembre 2018, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a concrétisé son engagement, inscrit dans sa feuille de route santé, de soutenir l'innovation en cancérologie en finançant trois projets majeurs.
100 000 euros viennent d'être mobilisés pour soutenir Oncosphère, le nouveau réseau régional de cancérologie
Après le développement de la chimiothérapie dans les années 1970-1980, la cancérologie vit une nouvelle ère stimulante laissant espérer des avancées majeures pour les patients.
Plusieurs domaines de recherche sont en plein essor, tels que le microenvironnement, le métabolisme des tumeurs, l'épigénétique, la caractérisation moléculaire des cancers via le séquençage NGS, l'ADN circulant, les nouvelles thérapies dont l'immunothérapie...
Les progrès technologiques en imagerie, numérique, modélisation ou physique ouvrent des champs de progrès plus que prometteurs.
En Nouvelle-Aquitaine, les 5 campus universitaires de Bordeaux, La Rochelle, Limoges, Pau et Poitiers définissent ensemble un nouvel espace de collaboration : le réseau Oncosphère.
Il doit amplifier les collaborations entre les différentes sites et d'engager les équipes dans une structuration dont l'ambition est d'unir leurs forces pour accroître l'impact de leurs recherches.

Françoise Jeanson, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine déléguée à la Santé et à la Silver économie, s’en explique :

« Nous voulons appuyer la fédération de toutes les forces de recherche de Nouvelle-Aquitaine dans la lutte contre les cancers. Le président du Conseil régional, Alain Rousset, a donc lancé le réseau Oncosphère qui va allier l'excellence médicale, biologique mais aussi technologique, numérique et des sciences humaines et sociales dans ce combat. »
« L'appui au réseau de chercheurs pourra être accompagné du soutien aux projets de structuration de sites hospitalo-universitaires, adaptés aux projets scientifiques. Ainsi, la recherche de Nouvelle-Aquitaine ambitionne de prendre une place européenne et internationale. L'élection de Muriel Mathonnet, professeur de chirurgie digestive et chercheuse à Limoges, au poste de directrice du CancéropôleGrand Sud-Ouest marque cette volonté de croissance régionale, de l'équilibre des forces interrégionales, et d'une large ouverture sur l'ensemble des acteurs scientifiques et industriels »

960 000 euros pour accélérer la recherche en immunothérapie

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine fait le pari de l'essor de l'immunothérapie aux côtés l'Institut Bergonié, centre de lutte contre le cancer à Bordeaux et d'Immusmol, une entreprise de biotechnologie créée à Pessac en 2012.
Après la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, l'immunothérapie a ouvert une quatrième voie de traitement du cancer. Les premiers travaux ont d'ailleurs été récompensés cette année par le Prix Nobel de médecine.
L'immunothérapie consiste à lever les freins et à stimuler le système immunitaire du patient pour le rendre apte à attaquer les cellules cancéreuses. Les traitements reposent sur l'emploi d'anticorps, la vaccination anti-tumorale ou encore le transfert adoptif de cellules (les cellules immunitaires du patient sont extraites puis multipliées ou bien éduquées à mieux reconnaître les cellules tumorales avant d'être réinjectées dans le corps du patient).
Certaines immunothérapies bénéficient déjà de l'autorisation de mise sur le marché. Néanmoins, ces traitements prometteurs sont encore en phase d'essai clinique ou nécessitent des études complémentaires pour comprendre les mécanismes biologiques en jeu.
Avec cette aide régionale, l'Institut Bergonié et Immusmol pourront constituer un centre régional de recherche et de traitement en immuno-oncologie.

140 000 euros pour transférer des résultats de recherche vers le milieu médical

Popra est un programme de recherche interdisciplinaire appliqué à la radiothérapie, né sous l'impulsion du président Alain Rousset. Depuis 2011, des chercheurs de l'université de Bordeaux et des praticiens hospitaliers du CHU de Bordeaux et de l'Institut Bergonié développent des briques technologiques pour améliorer les outils de traitement et de prédiction d'évolution de la maladie.
Ecomnews - Adds