#Analyse #ComiteRegionalDuTourisme #HotellerieRestauration #Occitanie #RegionOccitanie #Tourisme #Transport #Occitanie
Denys Bédarride
9 février 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 9 Février 2022 à 09:02

Une récente étude nationale à laquelle le Comité Régional du Tourisme et des Loisirs d’Occitanie (CRTL) a participé, décrypte les aspirations des Français en matière de vacances. Les résultats de cette enquête, détaillés auprès des professionnels du

Des tendances prégnantes et qui persisteront à l’avenir  

 

– détente et relaxation, une priorité pour les Français : 

62% des sondés souhaitent prendre leur temps pendant leurs vacances afin de se reposer et se ressourcer au calme (61%).

   ?id=ovO021vfsGEw22WLlFOzwvJwOKCgq0MI      

dépaysement, déconnexion, découverte et enrichissement : 

78% souhaitent découvrir des paysages et 68% de nouveaux endroits. Une forte demande est aussi à noter pour les découvertes patrimoniale (69%) et gastronomique (54%) : 63% des Français confirment être en recherche de dépaysement pour trancher avec leur quotidien et ils sont 54% à ressentir le besoin de s’affranchir des contraintes horaires.

?id=7o3FK17xkHIpJjnZy73KZO6NB7k3ziSc

Entre les séjours réalisés précédemment et ceux qu’ils souhaitent réaliser à l’avenir, la recherche de confort et de bien-être ainsi que le retour à la nature vont s’intensifier (respectivement +10 points et +4 points entre les séjours déjà réalisés et ceux à venir). Ils privilégieront des hébergements confortables et privatifs au cœur d’environnements reposants propices au ressourcement et aux retrouvailles avec leurs proches, loin de l’agitation des destinations bondées.

La question du temps est cruciale : actuellement, les séjours en hébergement marchand durent en moyenne 1 semaine mais idéalement ils viseraient 2 à 3 semaines de vacances !

A cela, s’ajoute la volonté de pratiquer un tourisme plus « slow » propice à la contemplation des paysages et au respect de la nature.

 ?id=5hoppCAfzbBYCPIOravqIqgep1lrR3oF

Certaines tendances existent depuis plusieurs années mais leur progression s’est accélérée en réponse directe à la crise :

pouvoir télétravailler sur son lieu de vacances : 74% des Français pourraient adopter cette pratique s’ils en avaient la possibilité ;

éviter de prendre l’avion (65%) ;

opter pour un hébergement mobile, tels que le camping-car, van, fourgon (58%) ;

réserver à la dernière minute (54%).

 

D’autres devraient rester sur le long terme et s’intensifier :

vivre une expérience particulière voire unique (71%) ;

voyager de manière plus responsable (70%) ;

vivre comme un local (69%).

 ?id=cZJR30hjRv7aFu0sxrehIcf6smfG3F4a

Ces tendances font écho à un intérêt grandissant pour un tourisme plus responsable. En effet, plus de 4 vacanciers sur 5 y prêtent une attention particulière en préservant les sites qu’ils fréquentent en 

consommant des produits locaux, en réalisant le tri sélectif, en ramassant leurs déchets ou encore en mettant en place des actions pour les réduire. Toutefois, le terme peut être une source d’appréhension puisque seulement la moitié des Français pense adopter prochainement ce type de vacances. 

De nombreux freins sont encore à lever pour déclencher un réel passage à l’acte : les Français souhaitent être assurés de ne pas payer plus cher (46%), être certains que ce soit bénéfique pour les territoires (45%) et ne pas perdre en confort (35%)…

La notion de plaisir doit aussi être davantage valorisée (40%) à l’instar de la facilité à réaliser ce type de vacances (33%). Une bonne communication est l’une des clés pour aller vers un tourisme plus responsable.

?id=UFe24HK4Bfq9OWgkYE6VsjqiUuYdh2TW

Le tourisme responsable rejoint et partage des valeurs communes avec le tourisme social et solidaire, un concept moins connu du grand public (18% ne connaissent pas ce concept) qui évoque pour un Français sur trois la rencontre avec les locaux, les aides aux populations ainsi que le recours aux produits locaux et aux circuits courts. 

Pourtant, ces modes de vacances sont déjà adoptés par les vacanciers français puisque 74% d’entre eux ont au moins réalisé un séjour collectif dans le passé, que ce soit en colonie de vacances, camp de scoutisme, mini-camp, séjour linguistique (43%), en village vacances (30%), via un comité d’entreprise (25%) ou en auberge de jeunesse (15%).

 ?id=uKlTSclylIQVPiIjsy7od0ninnNIHver

Des attentes qui varient en fonction de la typologie de vacanciers

Les vacanciers « farniente » (qui représentent 37% des vacanciers français) sont souvent des familles actives avec enfants avant tout en recherche de calme. Pour 70% d’entre eux, les vacances idéales devront se dérouler à la mer, pour se détendre et se relaxer (52%) en priorité.

Plus que les autres, ils souhaitent à l’avenir être acteurs de leurs vacances (83%). Plus jeunes, les hyperactifs (10% des vacanciers français) ont moins de budget mais pratiquent de multiples activités au cours de leurs vacances (90%). Pour leurs vacances idéales, 74% d’entre eux sont plus enclins à partir à l’étranger mais aussi à l’aventure (70%).

 ?id=XU2ib23fj5V0UxHnFTHydWRoK4JrXUEK

Vacances idéales pour les Français : la France bien positionnée    

Les attentes des Français en matière de vacances idéales restent simples et réalistes : des vacances conviviales (56% en couple, 48% en famille et 23% entre amis), permettant avant tout le dépaysement et la déconnexion (39%), la découverte et l’enrichissement (38%). La recherche du beau temps est aussi le premier élément essentiel à la réussite de leurs vacances (38% des citations).

L’enjeu est simple pour les professionnels du secteur : faire des vacances en France des vacances aussi mémorables et uniques qu’à l’étranger. 

« L’Occitanie, avec ses nombreux atouts, coche toutes les cases pour séduire les futurs vacanciers. D’ailleurs, ces derniers n’ont pas attendu la crise pour s’en convaincre. Preuve en est que depuis plusieurs années, notre destination est déjà LA destination préférée des touristes français »  a indiqué Vincent Garel, le Président du CRTL qui a réagi à cette enquête

 

Crédits Photo : ©Jérémy Flament

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.