#Batiment #Commerce #Economie #Entreprises #HotellerieRestauration #Industrie #PME #ProvenceAlpesCoteDAzur #Transport #ProvenceAlpesCoteDAzur
Denys Bédarride
1 février 2022 Dernière mise à jour le Mardi 1 Février 2022 à 09:02

Le groupe Altares, expert et référent de l’information sur les entreprises dévoile les chiffres des défaillances d’entreprises en Provence Alpes Côte d'Azur pour l’année 2021. Avec ses 3177 entreprises placées en redressement ou en liquidation judici

?id=vwOaO8JmxuR147SaoiWxJ571yyYjJiJt 

Une baisse des défaillances moins sensible en Provence Alpes Côte d’Azur que sur l’ensemble du territoire national 

Mais le débranchement progressif des aides, les difficultés d’approvisionnement en matières premières et l’envolée des prix menacent de fragiliser les trésoreries des entreprises.

Avec 3177 procédures collectives ouvertes en 2021, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur enregistre un recul de 6,5 % du nombre de défaillances d’entreprises. Ainsi, on observe un ralentissement de la baisse des défauts dans la région :  elle est cinq fois moins rapide qu’un an plus tôt (-35 %). 

La baisse des défaillances en Provence-Alpes-Côte d’Azur est par ailleurs près de deux fois moins forte que celle observée sur l’ensemble du territoire (-11,8 %).

En dépit de ce ralentissement, le niveau des défaillances reste faible grâce aux mesures d’aide déployées à partir du printemps 2020 pour soutenir les entreprises en difficulté restées en partie actives en 2021. Par ailleurs, face à la résurgence des variants du Covid-19, le calendrier d’allègement de ces aides a été adapté. Cet accompagnement de l’État et des territoires a permis de protéger les entreprises de la faillite et de voir le niveau de défaillances atteindre son plus bas niveau depuis 30 ans.

 

Remontée des défauts dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse

 

En 2021, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, plus de quatre défaillances sur dix ont été enregistrées dans le département desBouches-du-Rhône. 1290 procédures y ont été ouvertes, soit 1,5 % de plus qu’en 2020. Cette hausse, qui pèse sur la tendance régionale, est tirée par les activités de ventes automobiles et par le second œuvre du bâtiment

 

Malgré cette légère dégradation, la sinistralité des entreprises des Bouches-du-Rhône demeure très inférieure à celle constatée en 2019, année pendant laquelle les défaillances étaient repassées au-dessus du seuil des 2000.

 

Le Vaucluse, qui bascule également légèrement dans le rouge (+1,1 %), compte quant à lui toujours moins de 370 défaillances. Les Hautes-Alpes et le Var se situent un peu au-dessus (-7,6 %) de la moyenne régionale (-6,5 %).

 

Ce sont les départements des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence qui enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances ; respectivement -17,8 % et -17,3 %.

?id=CJClUtt7AyY8IzcEd9ABO32t9faAVaP0

Les défaillances de PME stagnent 

 

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la plupart des défaillances (94 %) concernent des TPE. Ce sont donc naturellement ces dernières qui donnent le ton de la tendance régionale. En 2021, elles enregistrent une baisse de -6,8 % du nombre de défaillances. 

 

Tout comme en 2020, 155 PME de 10 à 49 salariés ont défailli cette année dans la région. Un niveau inférieur aux 200 défaillances habituellement observées et nettement en-deçà des 400 procédures enregistrées en 2009.  

 

Quant aux employeurs d’au moins 50 salariés, 13 sont passés en jugement en 2021. Sur les cinq dernières années, ils étaient en moyenne 15 à être tombés en défaillance chaque année

 

 

Le secteur du bâtiment résiste, l’industrie à la peine

 

Le bâtiment 

 

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le bâtiment concentre plus d’une cessation de paiement sur cinq. Le secteur pèse donc sensiblement sur la tendance globale de l’économie régionale. En 2021, 703 entreprises du bâtiment ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire dans la région, c’est 5,5 % de moins qu’en 2020Le gros œuvre (-7,2 %), tout comme le second œuvre (-5,8 %), ont bien résisté. En revanche, l’immobilier est à la peine (+20,7 %).

 

Le commerce 

La tendance est également favorable pour le commerce de détail (-20,1 %),notamment dans le prêt à porter (-33 %) et le bricolage & l’équipement du foyer (-22 %). En revanche, la situation reste très tendue pour lavente et réparation de véhicules automobiles (+36 %). Chez les grossistes, la situation se fragilise dans l’alimentaire (+32 %) et les matériaux de construction (+78 %) mais dans des volumes relativement faibles.

 

L’industrie 

 

L’industrie manufacturière avait atteint un niveau de défaillances extrêmement bas en 2020 avec moins de 100 dépôts de bilan enregistrés.En 2021, le secteur dépasse ce seuil (109 défaillances) etla tendance repart à la hausse des défauts (+17,2 %). En revanche,dans l’agroalimentaire, la baisse s’accélère (-36,7 %) pour atteindre 57 défauts annuels.

 

Les services aux entreprises

 

Dans les services aux entreprises (-7,6 %), la baisse du niveau de défaillances est tirée notamment par les activités juridiques (-43 %), de publicité (-21 %) ou denettoyage courant des bâtiments (- 17 %).

 

Les transports 

 

Les ouvertures de procédures collectives se stabilisent dans les transports routiers de marchandises. On note une amélioration sensible dans lefret interurbain (-12 %) tandis que le fret de proximité passe au rouge (+3 %). Les défaillances restent par ailleurs très peu nombreuses dans les autres activités de transport, notamment le transport de voyageurs.

 

La restauration 

 

La restauration a subi de nombreuses contraintes de fermetures administratives mais, grâce aux aides de l’État, le secteur a bien résisté. Ainsi, le nombre des défaillances recule encore fortement (-23 %) porté par larestauration rapide (-33 %) et la restauration traditionnelle (-18 %). Il en va de même pour lesdébits de boisson (- 42 %).

 

Les services aux personnes 

 

Dans les services à la personne, les défaillances peinent à se stabiliser pour les salons de coiffures mais reculent encore sensiblement pour les instituts de beauté. Dans les autres services à la personne, après avoir atteint un très bas niveau en 2020, les défaillances repartent à la hausse. C’est en particulier le cas des activités de pressing dont le nombre de défauts, bien que faible, a doublé en 2021.

 

Source Altares 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.