#Armee #Dalkia #Ecologie #Energie #SylvieJehanno #TransitionEnergetique #Videos #ProvenceAlpesCoteDAzur #Var
Denys Bédarride
17 May 2024 Dernière mise à jour le Friday, May 17, 2024 At 10:20 AM

L’Etablissement du Service d’Infrastructure de la Défense (ESID) de Lyon et Dalkia, filiale du groupe EDF viennent de signer un Contrat de Performance Energétique qui engage la décarbonation du camp de Canjuers dans le Haut-Var. Ce partenariat d’une durée de 20 ans va totalement moderniser les infrastructures du site. Reportage

Pour assurer la pleine opérationnalité du camp de Canjuers, pilier stratégique des forces armées, l’ESID de Lyon entreprend la modernisation des infrastructures énergétiques du site. Cette initiative permettra de réduire significativement les consommations énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre des installations de chauffage, ventilation et climatisation.

Un Contrat de Performance Énergétique d’envergure pour le camp de Canjuers

Ces actions de sobriété et d’efficacité énergétique, ainsi que la suppression du recours au fioul au profit d’énergies renouvelables, s’inscrit dans le cadre des directives de l’État en matière de transition écologique. Dalkia, en tant que mandataire du groupement d’entreprises ayant remporté l’appel d’offres, dirigera ce projet avec ses partenaires locaux Energetec, SACTP Olivero et Atelier 4.

Photo : Signature du Contrat de Performance Énergétique lundi 13 mai 2024 à Canjuers avec Jacques Massot, Ingénieur général et Directeur de l’ESID de Lyon et Sylvie Jéhanno, Présidente-Directrice Générale de Dalkia

Le Contrat de Performance Énergétique comprend la conception et la réalisation de travaux d’amélioration de la performance énergétique, ainsi que l’exploitation et la maintenance des installations de chauffage, de ventilation, de climatisation, de froid et d’eau chaude sanitaire.

D’importantes actions seront ainsi menées d’ici 2027 sur le camp de Canjuers

  • le remplacement de la chaufferie centrale au fioul lourd par une chaufferie alimentée par de la biomasse (2 MW), exploitée sur le camp de Canjuers en circuit court, par l’Office National des Forêts, adossée à un silo de stockage bois de 800 m3 et secourue par des installations au GPL (4 MW) pour assurer la pleine opérationnalité du site en toute circonstance ;
  • la mise en place de panneaux solaires photovoltaïques sur deux sites (208 kWc) ; 
  • l’aménagement d’un champ de panneaux solaires thermiques (2,2 MW) ;
  • la mise à disposition d’une bâche de stockage d’énergie solaire (600 m3) ;
  • l’installation de pompes à chaleur réversibles dans les chaufferies décentralisées ;
  • la rénovation totale du réseau et des sous-stations existants ainsi que son extension ; 
  • l’amélioration de l’isolation thermique de 7 bâtiments ;
  • la mise en place de destratificateurs dans les ateliers, qui permettent de pousser l’air chaud qui s’accumule aux plafonds vers le bas des pièces ;
  • le remplacement de radiateurs et de robinets thermostatiques par des équipements plus modernes et plus résistants ;
  • la mise en place d’un système de pilotage de l’ensemble des productions énergétiques.

Baisser drastiquement la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre

Tout au long du contrat, une stratégie de pilotage énergétique reposant sur des technologies numériques poussées sera mise en œuvre par Dalkia, permettant la collecte, l’analyse et l’exploitation des données en temps réel. 

Cette démarche sera supervisée par un Energy Manager présent sur site, dont le rôle consistera à optimiser les performances énergétiques et environnementales du camp de Canjuers. 

Photo : Le camp de Canjuers situé dans le Var

L’objectif est de veiller aux engagements pris par Dalkia afin de garantir des résultats durables : une réduction de 43 % de la consommation énergétique et de 90 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici la fin des travaux en 2027, avec un recours à des énergies renouvelables représentant 51% du mix énergétique. Ces actions permettront d’éviter 7 400 tonnes de CO2 par an, l’équivalent de 4 100 véhicules retirés de la circulation

L’ensemble de ces travaux, dont une partie est éligible aux Certificats d’Économies d’Énergie (CEE), représente un investissement de 25 millions d’euros, porté par le ministère des Armées. Le coût global de l’opération, sur sa durée totale, atteint 47 millions d’euros.

Viser la neutralité carbone d’ici 2050

Enfin, les missions liées à la sécurité et à la propreté vont soutenir l’emploi local et promouvoir les valeurs d’inclusion sociale défendues par Dalkia, les membres du groupement et l’ESID de Lyon. Des actions de sensibilisation seront également mises en place auprès des utilisateurs afin de promouvoir une utilisation sobre et efficiente des ressources énergétiques. Un ingénieur Cybersécurité sera également affecté au contrat pour porter une attention particulière au respect des exigences requises pour ce lieu stratégique.

L’ensemble de ce projet s’inscrit dans une démarche globale de réduction de l’empreinte carbone et de promotion des énergies renouvelables, en accord avec les objectifs européens et nationaux de neutralité carbone d’ici 2050.

L’ingénieur général, Jacques Massot, Directeur de l’ESID de Lyon, a déclaré : « Avec ce projet, nous nous inscrivons dans l’ambitieuse stratégie de transition écologique du patrimoine des armées. En engageant notre partenaire privé sur une garantie de résultats, nous visons l’exemplarité énergétique et environnementale tout autant que la résilience et la qualité de service pour les usagers. Ces résultats seront mesurés et démontrés chaque année, dans une approche gagnant-gagnant. » 

Photo : Jacques Massot, Ingénieur général et Directeur de l’ESID de Lyon au micro de Ecomnews

De son côté, Sylvie Jéhanno, Présidente-Directrice Générale de Dalkia, a ajouté : « Nous sommes très enthousiastes à l’idée de prendre part à ce projet. Nous sommes convaincus que l’utilisation intelligente des ressources renouvelables et locales permettra d’optimiser les performances énergétiques et environnementales, tout en garantissant l’excellence opérationnelle et la continuité de service attendue sur le site de Canjuers. Nos actions conjointes avec l’ESID de Lyon permettront de transformer le site en une véritable référence bas carbone pour les infrastructures militaires et plus globalement celles de l’État. »

Photo : Sylvie Jéhanno, Présidente-Directrice Générale de Dalkia au micro de Ecomnews

Les chiffres clés cette opération

  • 357 bâtiments (dont 139 chauffés) ;
  • 228 000 m² de surface bâtie, dont près de 153 000 m² chauffée, au milieu de 35 000 hectares de camp d’entraînement ;
  • 43 % de baisse sur la consommation énergétique et 90 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici la fin des travaux ;
    pour les usages de chauffage, ventilation, climatisation et eau chaude sanitaire ;
  • 7 400 tonnes de CO2 évitées par an, l’équivalent de 4 100 véhicules retirés de la circulation ;
  • 51 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique du camp ;
  • 20 ans de contrat ;
  • Consommations post travaux : 11,3 GWh de chaleur pour le chauffage, 4,9 GWh pour l’eau chaude sanitaire ;
  • 25 M€ TTC de travaux d’amélioration de performance énergétique ;
  • 47 M€ TTC de coût global (travaux et maintenance) sur 20 ans ;
  • 6 emplois créés localement dans le cadre de l’exécution du chantier ;
  • 5,5 km de réseau et 37 sous-stations rénovés et 2 extensions d’1,5 km créées ;
  • 3 250 m2 de panneaux solaires thermiques ;
  • 17 pompes à chaleur installées.

Cliquez ici pour découvrir nos articles sur Dalkia