Ecomnews - Adds
Pour son 50ème anniversaire, le CFA du BTP de Toulouse veut préparer l’avenir
Par Guillaume Bernard publié le 21 JUIN 2019 à 10:36
Depuis la réforme du 5 septembre 2018 sur “la liberté de choisir son avenir professionnel”, les Centres de formation des apprentis (CFA) se transforment et envisagent l’avenir différemment, c’est le cas du CFA Pierre-Paul Riquet à Toulouse, qui fêtait le 14 juin son 50e anniversaire.

Cinquante ans qu’il existe et qu’il voit défiler gouvernements et réformes, le CFA Pierre-Paul Riquet de Toulouse doit composer depuis le 5 septembre 2018 avec la nouvelle “loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel”.

Thierry Kopacki directeur du CFA du BTP Pierre-Paul Riquet la résume ainsi : “C’est une réforme assez houleuse qui va libéraliser le marché de l’apprentissage. Une entreprise pourra créer son propre centre de formation si elle le souhaite, cela va amener de nouveaux opérateurs, créer une concurrence.”

De fait, si les Régions étaient, avant la loi, les principales gestionnaires des financements accordés aux Centres de formation des apprentis, les places en CFA sont, depuis la loi, financées « au contrat ». C’est-à-dire en fonction de la demande en termes d’emploi évaluée par les branches professionnelles.

Une réforme qui ne plaît pas aux Régions puisqu’elle les prive d’une compétence qui relève de la responsabilité politique (formation initiale). Rachida Lucazeau, conseillère régionale en Occitanie membre de la commission solidarité et égalité femme homme et du conseil d’administration du CFA-BTP de Toulouse qualifie d’ailleurs la loi “d’injuste et néfaste”.

?id=irgtFjfkjVTyVh370t5V9OsJWjU4KGG9

“On va se partager le gâteau”

Thierry Kopacki le rappelle : “ Dans un premier temps, l’ouverture du marché va l’atomiser, on va se partager le gâteau.” Pour rester dans la course, le CFA doit donc renforcer ses liens avec les employeurs et être soucieux d’adapter concrètement les dispositifs de formation professionnelle à l'évolution permanente des métiers.

Ainsi, en cette journée portes-ouvertes, des entreprises innovantes dans le BTP sont présentes. C’est le cas de Syscobat, une entreprise qui conçoit et réalise des panneaux muraux sur-mesure en bois qui contiennent le coffrage pour béton auto-plaçant, ainsi que les gaines électriques et les isolants thermiques. En alliant béton et bois, l’entreprise propose une construction à empreinte carbone réduite. Elle prétend également améliorer la rentabilité des projets en augmentant la surface habitable grâce à des murs moins épais, à performance thermique égale.

Syscobat est chargée de faire connaître sa technique aux enseignants du CFA car cela facilitera par la suite l’insertion professionnelle des apprentis. En 2018, 80 % des jeunes du CFA-BTP Pierre-Paul Riquet ont trouvé un emploi à l’issue de leur parcours de formation.

Ecomnews - Adds