Ecomnews - Adds
Cannes : Le futur campus universitaire abritera une cité des Entreprises
Par Olivia Oreggia publié le 28 MAI 2018 à 09:00
Le projet doit éclore en 2019. Un millier d’étudiants et une centaine de startups feront leur rentrée dans un tout nouveau technopole. Leur point commun : la filière audiovisuelle, dynamique et créatrice d’emplois. Explications

C’est à CréaCannes que David Lisnard, le maire et président de la Communauté d’Agglomération des Pays de Lérins, a accueilli le 24 mai Charles-Ange Ginesy, président des Alpes-Maritimes, pour lui présenter le projet du futur technopole Bastide Rouge.

Nous sommes à l’entrée Ouest de la ville, dans le quartier populaire de la Bocca. Une ancienne bastide rénovée abrite depuis 4 ans maintenant, des jeunes pousses dont certaines ont déjà bien grandi, à l’image d’Adastra spécialisée dans la production audiovisuelle. La petite pépite made in Cannes emploie aujourd’hui 7 personnes et affiche un chiffre d’affaires de près de 400.000 euros.

?id=BfwE0iVbXWamJ4c6CDYUX2cE005uzqrn

Mais cette pépinière n’est que le premier élément d’un vaste projet. L’an prochain en effet, juste à côté, et accolé à un grand multiplexe de cinéma, sortira donc de terre un (petit) campus : une université dispensant des formations consacrées aux métiers de l’écriture, 140 logements étudiants et, sur plus de 1500 m2, une cité des entreprises.

Celle-ci pourra recevoir jusqu’à 100 startups et entreprises intermédiaires autour des principales thématiques du technopôle : audiovisuel, jeux vidéo, numérique mais aussi applications issues des technologies de l’aérospatial…

« Ce projet vise à ancrer une filière d’économie créative. Nous accueillons déjà les plus grands événements de l’audiovisuel : MipTV, CanneSeries, Festival de Cannes, festival de la publicité le Cannes Lions, le Midem… il faut utiliser ces événements pour permettre l’implantation d’entreprises, créer une chaîne vertueuse », précise David Lisnard.

?id=oub594qL0pMCCYauNDktmkkVOn1ulLDd

« L’idée est de faire de la fertilisation croisée », explique-t-il encore. Ce concept a été élaboré il y a bientôt 50 ans par Pierre Laffitte, alors fondateur du premier technopôle d’Europe, Sophia Antipolis, et qui, grand visionnaire, voyait déjà les bienfaits d’une émulation entre étudiants, chercheurs et industriels.

« C’est un projet innovant !» Le président des Alpes-Maritimes est séduit. « Dans le Département, il y de la place partout et pour tout le monde. Il y a des entreprises à Sophia, d’autres à Nice Mérida dans l’Eco Vallée. C’est dans la multiplicité des initiatives que l’on va arriver à créer de la richesse et des emplois », souligne Charles-Ange Ginesy.

Ce projet s’élève à 67 millions d'€, portés par des investissements à la fois publics et privés.

Ecomnews - Adds