Ecomnews - Adds
L’entrepreneuriat en France, les PME dévoilent les freins de leur croissance
Par Rédaction publié le 23 MAI 2018 à 09:00
Une étude de Bpifrance et Coe-Rexecode nous dévoile les freins de la croissance des PME. Selon l’enquête qui a été publiée le 15 mai 2018, sur 86 % des entreprises nourrissant un projet d’embauche, 61 % rencontre des difficultés lors du recrutement.

Alors que l’appétence pour l’entrepreneuriat prend de l’ampleur en France, faisant office d’un effet de mode, les difficultés qui s’en dégagent sont nombreuses.

Avec un total de 550 000 entreprises créées en 2016 contribuant à la valeur ajoutée de manière positive, les emplois ne suivent pas nécessairement la cadence. Selon la direction générale des entreprises, 74 % des entreprises nouvellement créées n’emploient aucun salarié au démarrage.

Un marché de l’emploi toujours autant complexe, qui néanmoins fait ressortir les plus pugnaces des demandeurs d’emploi qui se tournent vers le régime du micro-entrepreneur.

Selon une étude mené par Bpifrance et Coe-Rexecode en mai 2018, 86 % des PME nourrissent un projet d’embauche.

Parmi ce chiffre certes aguicheur, un autre beaucoup moins alliciant s’en dégage, puisque parmi ces entreprises, 61 % rencontrent des difficultés à recruter du personnel.

Cette difficulté de recrutement est donc caractérisée par 52 % des chefs d’entreprises interrogés lors de l’étude, comme le premier frein à la croissance.

Ces difficultés se manifestent principalement par un éloignement entre les qualifications attendues et le candidat, mais aussi au niveau du manque d’expérience de ce dernier.

L’enquête menée par Pôle emploi intitulé « Besoins en main-d’œuvre », projette cependant des chiffres plus qu’encourageants, puisqu’une augmentation de 18,7 % est révélée pour 2018.

Une forte augmentation qui montre une grande perspective d’embauche, surtout dans le secteur de la construction et de l’industrie.

En 2017, un record avait déjà été établi avec la création de 234 500 emplois.

Un second frein à l’évolution cité par les chefs d’entreprises interrogés est la concurrence, et en 3ème l’insuffisance de fonds propre pour 21 %.

Pour pallier à ces difficultés, une majorité de ces dirigeants, soit 64 % ont eu l’idée de modifier l’organisation générale de leur entreprise, les autres préfèrent modifier leurs critères de recrutement et d’autres préfèrent faire appel à des intérimaires.

Enfin le gouvernement a décidé d’aider ces entreprises dans leur croissance avec la loi Pacte qui permettra d’améliorer les performances des TPE et PME en les transformant en entreprises de tailles intermédiaires, leur donnant plus de pouvoir pour innover et exporter.

Mais, la date de parution de cette loi a été toujours repoussée.

Ecomnews - Adds