Ecomnews - Adds
Jacques Attali : « Considérer les pays du bassin Méditerranéen comme des partenaires de notre indépendance »
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 17 JUIL 2020 à 09:56
Écrivain, économiste, conseiller spécial de François Mitterrand et ardent défenseur depuis dix ans de l’économie positive, Jacques Attali accompagne les porteurs de projets issus de quartiers prioritaires. Le fondateur de Positive Planet était de passage à Marseille le 10 juillet dernier pour signer un partenariat avec la Chambre de commerce d’Aix-Marseille-Provence pour favoriser le mentorat avec les entrepreneurs phocéens. Entretien exclusif.

Quel regard portez-vous sur la crise sanitaire que nous traversons ?

La pandémie ne fait que commencer. Nous sommes seulement au début de la première vague. La situation est extrêmement grave car nous n’avons aucun vaccin. La Corée du Sud qui s’était préparée, est parvenue à sortir de la crise sans dommage excessif. Le pays compte 54 millions d’habitants et déplore 300 morts du Covid.

Nous traversons une crise sociale, économique et politique gigantesque. C’est à la fois une tragédie et une opportunité fantastique. Cette crise met en lumière les besoins des générations futures dans les secteurs de la santé, de l’hygiène, de l’alimentaire, de l’agriculture, du digital, de la rénovation énergétique, de l’habitat et non plus dans les secteurs de l’aviation, de l’automobile, de la chimie, du plastique.

?id=5o6lb9LAwhT1CeSorP8qhy52AN6x3CNi

Ces six derniers mois, il a beaucoup été question de relocaliser des industries depuis l’Asie. Y croyez-vous ? Pensez-vous que cette situation sera propice à la refondation du partenariat Euro-méditerranéen ?

La crise nous fait réaliser que la Chine n’est pas fiable, que les États-Unis sont en chute libre. Si l’Europe prend conscience de sa force, elle a un avenir extraordinaire. Elle doit défendre sa souveraineté en misant sur sa proximité avec le Maroc qui a développé des systèmes de production de masques et des tests. Nous devons considérer les pays du bassin Méditerranéen comme des partenaires de notre indépendance en créant les conditions de développement d’une industrie conjointe.

L’Europe a des lacunes dans la fabrication de produits d’hygiène, le textile, les équipements médicaux, l’agriculture biologique. Le Maroc et la Tunisie ont une grande habitude de travailler avec l’Europe. Le Maroc est incroyablement dynamique pour exporter les masques que nous sommes incapables de produire. Le Maghreb peut être un outil de la souveraineté européenne. Il vaut mieux produire au Maroc, en Tunisie, en Algérie ce qu’on a du mal à exporter depuis la Chine.

Qu’est-ce que l’économie positive, que vous défendez à travers votre Fondation Positive Planet ?

Positive Planet aide les jeunes entrepreneurs à créer leur entreprise et nous avons besoin d’avoir des mentors en France, qui veulent bien accompagner les porteurs de projet pour les faire bénéficier de leur expérience. Nous développons un plaidoyer auprès des villes et des grandes entreprises afin qu’elles deviennent davantage positives à travers quatre dimensions : économique, sociale, écologique et la gouvernance.

Positive Planet apporte-t-elle également des financements aux entreprises ?

Non, nous n’apportons pas de capitaux. Le plus difficile consiste à faire naitre les projets pas de trouver des financements. Pour cela nous travaillons avec le réseau France Initiative et l’Adie. Un business plan validé par Positive Planet apporte une garantie.

La crise ne bride-t-elle pas les initiatives d’entrepreneuriat ? Les débouchés, les marchés se réduisent en ce moment…

Avec le confinement, nous avons assisté à une chute des créations d’entreprise et à une prise de conscience de ce que l’on est réellement et de l’envie de sortir du statut de salarié. Une situation qui s’est renforcée avec le recours au télétravail.

Propos recueillis par Nathalie Bureau du Colombier en direct de Marseille

?id=QSJMZvHopQAMpmQUAvQmDtCRV1V3rWNT

La CCI de Marseille s’engage aux côtés de Positive Planet

Positive Planet et la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence ont signé le vendredi 10 juillet une convention de Partenariat visant à mettre en relation des mentors engagés dans le dispositif « Tandem – Le Hub du Mentorat » et des porteurs et porteuses de projet accompagnés par Positive Planet dans l’aventure de la création d’entreprise.

« La jeunesse des quartiers prioritaires peine à trouver sa place sur le marché du travail, faute de formation, faute de réseau, faute de codes professionnels aussi. Cette jeunesse sait se montrer audacieuse et créative, des qualités indispensables pour réussir dans l’entrepreneuriat. Nous sommes convaincus que l’entrepreneuriat doit être à la portée de tous, car les talents sont partout. Le dispositif « Tandem – Le Hub du Mentorat » dont l’objectif est de proposer à des entrepreneurs expérimentés d’accompagner des jeunes dans l’emploi ou la création d’entreprise », a souligné Jean-Luc Chauvin, Président de la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence.

Positive Planet France a permis d’accompagner 7 500 créateurs d’entreprise créant ainsi 8 800 emplois notamment dans les quartiers prioritaires. Pour ce faire, elle se base sur la proximité avec pas moins de 40 antennes en France dont 4 à Marseille. Elle a lancé en 2018 à Marseille « Le Cercle des Entrepreneurs Positifs » dont l’objectif des d’échanger sur l’économie positive et faire émerger des propositions concrètes pour améliorer le monde d’aujourd’hui et de demain.

Ecomnews - Adds