Ecomnews - Adds
Lunel : La « Métamorph’Ose » du centre-ville s’accélère
Par Dupleix Thomas publié le 09 NOV 2021 à 10:04
Avec l’inauguration de la Maison Qui’Ose, la municipalité de Lunel entend impulser une nouvelle étape dans son vaste projet de réhabilitation du centre-ville. Un espace de consultation et d’échanges avec les habitants pour commencer à dessiner le Lunel de 2030.

Un lieu d’exposition, d’informations et de rencontres.

Cette Maison Qui’Ose, implantée rue Alphonse Ménard en plein cœur du centre-ville lunellois, se veut aussi un centre ressources ouvert à la fois aux professionnels, aux investisseurs et aux riverains.

« C’est une manière de recueillir leurs attentes, de comprendre comment les Lunellois voient leur ville en 2030, explique Pierre Soujol, Maire de Lunel et Président de la Communauté de Communes du Pays de Lunel. Car tous ces éléments sont notés, enregistrés, et scrutés par un architecte conseil qui va tenter de les intégrer au mieux dans la fameuse Métamorph’Ose de Lunel.

53 millions d’euros mobilisés sur 10 ans, dont une partie subventionnée par l’Etat, mais aussi par le Département de l’Hérault et la Région Occitanie.

Ce vaste projet de réhabilitation est en fait décliné en trois axes majeurs : lutte contre l’habitat indigne et la paupérisation, dynamisation commerciale en centre-ville, volet espace public mené par l’agence immobilière TER en concertation avec les habitants. Le but c’est donc de retrouver de l’attractivité mais aussi de travailler plus globalement sur l’image-même de la ville.

« On va aller chercher des investisseurs pour permettre à Lunel de rayonner entre les deux métropoles de Nîmes et de Montpellier, insiste Véronique Michel, adjointe déléguée à la stratégie urbaine. Parce que cette place on la mérite ! »

Et ce n’est pas le député de la neuvième circonscription de l’Hérault qui dira le contraire. « Il faut désenclaver ce territoire, martèle Patrick Vignal !

7.000 voitures rentrent tous les jours par Saint-Just et Lunel, on est la 5e ville du département, la Communauté de communes va bientôt passer en agglomération, 700 entreprises vont venir sur ce territoire, énumère le parlementaire. Lunel est vraiment LA ville d’avenir. »

?id=XWbAkKvZQn95EKkZOlCXga89u0GFBtbq

Le centre-ville (se) bouge

Mais Lunel a déjà entrepris son changement. Et la réhabilitation de l’Office de tourisme, du musée Médard et de la place Louis Rey rend les commerçants optimistes.

« Il est beaucoup plus agréable de travailler ici, s’enthousiasme Béatrice, gérante du Balcon Gourmand cours Gabriel Péri. Mais confrontée au bouleversement des modes de consommation, elle cherche désormais à s’adapter avec un site marchand. « J’aimerais qu’il garde cette connotation de commerce de proximité. Peut-être que cette Maison Qui’Ose va m’aider à développer cette nouvelle activité que je défends. »

C’est d’ailleurs en ce sens que Delphine a répondu aux différentes consultations de la Mairie. « Je suis allée remplir le questionnaire avec des idées simples et de bon sens, comme installer des accroche-vélos ou fleurir encore plus, pour avant tout s’occuper des gens qui vivent en centre-ville ! »

Car celle qui tient la Librairie AB, place Fruiterie, déplorait autrefois une activité restreinte au seul périmètre des Halles. « On a été obligé de se dynamiser pour faire venir les gens jusqu’à chez nous, confie-t-elle. Toute une évolution pour arriver définitivement – on l’espère – à un cadre de vie agréable. »

Et c’est bien là toute l’ambition de la Ville à en croire l’arrivée imminente d’un manager de centre-ville. Celui-ci devra faire la chasse aux locaux commerciaux vides et démarcher les entreprises extérieures pour qu’elles viennent s’implanter à Lunel afin d’encourager le retour des visiteurs - et donc des acheteurs dans le cœur de ville.

D’ailleurs cette ville, à quoi ressemblera-t-elle à l’issue de sa « Métamorph’Ose », selon son maire Pierre Soujol ?

« Je vois un centre-ville attractif, dynamique, commerçant, avec des espaces où il sera agréable d’aller et venir, de s’asseoir sur un banc pour profiter d’un cadre agréable. Voilà comment j’imagine le Lunel de 2030. » Verdict dans neuf ans.

?id=dHBztWxu4aZ7wiO39pbXEuPqzWauTN8d

Ecomnews - Adds